Croisière bretonne le retour

Après notre croisière du mois d’août on a remis le couvert le temps d’un week end de septembre. L’objectif était encore Ouessant en mer d’Iroise mais encore une fois l’orientation du vent et de la houle a fait capoter le projet, on s’est donc encore rabattu sur Douarnenez en passant par Camaret sur mer comme on peut le voir sur la trace GPS ci-dessous.

On était trois voiliers au total, c’est toujours plus sympathique de sortir en flotte. Le trajet Brest Camaret sur mer s’est fait dans un vent très léger, heureusement que le courant sortant nous a aidé à sortir du goulet. Escale à Camaret sur mer où j’en profite pour décerner un carton rouge pour les services du port, les prix ont explosé et ne sont pas du tout à la hauteur des services qui sont rendus notamment des sanitaires qui sont dans un état pitoyable et où il est même dangereux de prendre sa douche tellement elle est bouillante. Heureusement que les restaurants et bars sur le quai viennent faire oublier ces désagréments.

Le lendemain direction Douarnenez dans un vent encore plus faible, on passe laborieusement les tas de pois sous voile au large de la pointe de Pen Hir et on est obligé de terminer au moteur.

Passage des tas de pois à l’aplomb de la pointe de Pen Hir

Dans la baie de Douarnenez on repère une frénésie d’oiseaux de mer, des nuées de fous de Bassan qui plongent à tout va avec des nombreux goélands qui ne sont pas en reste. A coup sûr, les poissons ne sont pas bien loin, le tout mérite un détour, c’est à ce moment là qu’on croise la route d’un groupe de dauphins communs qui se dirigent vers la curée.

Ils sont restés à jouer dans l’étrave une bonne vingtaines de minutes. C’est quand même assez incroyable, les dauphins ne viennent jamais vers nous quand on est à la voile, ce n’est qu’au moteur qu’ils approchent bien qu’on file quasiment à la même allure, c’est à dire dans les 4 nœuds.

Continuer la lecture de Croisière bretonne le retour

Digikam gestion de photos évoluée

L’autre jour j’étais avec un pote, Apple addicted, qui me disait qu’il gérait ses photos avec Photos iCloud et qu’avec cet outil il bénéficiait de la reconnaissance faciale et d’une manière générale de certaines fonctions avancées qui lui permettent de plus facilement indexer, classer et retrouver ses photos. Alors bien sûr j’ai été piqué au vif, comment ça, sous Linux je ne serais pas capable de faire la même chose !

Touché dans mon orgueil, ni une, ni deux, je me mets à chercher un équivalent sous linux, après une recherche rapide, il semblerait que digikam offre ce genre de fonctionnalités. En teaser voilà ce que ça donne quand on sélectionne quelques personnes dans le Filtre d’étiquettes de visage, il n’affichera que les photos de l’album où apparaissent les personnes sélectionnées.

Jusqu’à présent je me contentais de gérer ma photos sous forme d’arborescence par année avec un système de nommage du style année-mois-jour-libellé qui permet de faire des tris. Je trouvais les outils comme digikam usine à gaz et je me satisfaisais amplement d’un outil simple comme geeqie.

Continuer la lecture de Digikam gestion de photos évoluée

Randonnée de la rhune dans le pays basque

Après le retour de la randonnée de l’Artzamendi voilà celui de la montée de la Rhune, toujours dans le pays basque. La Rhune est une montagne d’un peu plus de 900m qui surplombe la côte basque, à son sommet on a une magnifique vue panoramique de Hendaye à Biarritz en passant par Saint Jean de Luz. Autre particularité de la Rhune, la ligne de frontière passe au sommet et on se retrouve en Espagne quand on va boire un coup ou manger aux restaurants qui s’y trouvent. La particularité néanmoins la plus notable est le petit train à crémaillère qui fait la notoriété du site et qui évite aux moins courageux l’ascension à pied.

Le petit train à crémaillère à son terminus au sommet de la Rhune

C’est une randonnée très populaire, comprendre il y a beaucoup de monde sur les pistes et d’un niveau très hétéroclite, mais la piste est assez large pour qu’on ne se gène pas trop, il faut néanmoins faire avec ceux qui descendent quand vous montez (et vice-versa). Elle n’est pas spécialement difficile pour des randonneurs aguerris, les derniers kilomètres sont certainement les plus ardus avec une forte pente et un sol très irrégulier avec pas mal de caillasse.

L’ascension finale de la Rhune
Continuer la lecture de Randonnée de la rhune dans le pays basque

Passage à MAGEIA 8 terminé

Je viens de terminer avec mon serveur Dell Poweredge T310 le passage à Mageia 8 de tous les postes de mon réseau local. Contrairement à ce que l’image ci-dessous peut indiquer, j’ai procédé une mise à jour en partant de la 7.1 sans passer par une réinstallation complète.

Dell PowerEdge T310

Ça m’aura pris un peu plus de six mois, ayant commencé en février dernier peu après la sortie de la Mageia 8 en échelonnant petit à petit dans le temps.

Continuer la lecture de Passage à MAGEIA 8 terminé

Filtrer les adresses IP menaçantes

Dans le but de sécuriser encore plus mon serveur j’ai mis en place un filtrage d’adresses IP potentiellement menaçantes. En fait certains sites comme abuseipbd ou spamhaus collectent et maintiennent de telles listes, il suffit de les récupérer et de les faire prendre en compte par son firewall favori. Pour ma part j’utilise shorewall comme firewall et je me suis basé sur cette page du wiki de Mageia (en anglais).

Il faudra utiliser l’outil IPset qui permet de gérer des listes d’adresse IP (entre autres). Tout le reste et le détail de cette installation se retrouve sur cette page de funix.org.

Dans le même genre il existe également fail2ban qui marche de manière un peu différente. Il va analyser les logs des services lancés sur votre serveur comme SSH, Apache ou bien encore OpenVPN, identifier les tentatives de connexion infructueuse et procéder au bannissement de l’adresse IP de l’indélicat via le firewall. En revanche je rencontre quelques soucis de configuration et ça n’a pas l’air de fonctionner pleinement, je continue à chercher.

Randonnée de l’artzamendi dans le pays basque

Voilà une description d’une randonnée réalisée récemment dans l’arrière pays basque dans les contreforts des Pyrénées. Il s’agit de l’ascension du mont Artzamendi qui culmine à 924m en passant par trois cols, celui de l’Ane, du Mehatxe et celui d’Arzatey. On franchit à cette occasion la frontière espagnole au niveau des bornes numérotées 82 et 83. Cette randonnée se caractérise par des paysages vraiment splendides et par la richesse de la faune qu’on peut observer relativement facilement.

Mère et fille sur le sentier de l’Artzamendi

On a parfois l’impression de se retrouver dans une steppe mongol comme on peut le voir sur la photo ci-dessous avec les petits chevaux basques prénommés pottok qui errent en totale liberté.

Pottok sur le sentier de l’Artzamendi

Ces chevaux ne sont pas du tout farouches et se laissent volontiers approcher.

Face à face avec avec les pottoks (chevaux basques)

Outre les chevaux, on peut observer une foultitude vautours fauves qui planent plus ou moins haut.

Vautour fauve
Continuer la lecture de Randonnée de l’artzamendi dans le pays basque

Croisière bretonne

Avec mon épouse on a réalisé une petite croisière en mer bretonne ces derniers jours sur un voilier de type Hanse 315. Vu la saison, on espérait aller du côté de Ouessant, mais on fait face actuellement à des vraies conditions automnales avec un régime dépressionnaire au lieu des vents de nord-est habituels et les conditions de mouillage ne sont du coup pas très propices. Au final on a fait une petite tournée des ports bretons, Camaret sur Mer, Morgat et Douarnenez comme on peut le voir sur la trace GPS ci-dessous.

On a manqué de vent pour la première étape vers Camaret sur mer qu’on a réalisé au moteur sous un temps maussade, le vent s’est établi dans l’après midi alors que le beau temps revenait.

Escale à Camaret sur mer

Fort heureusement le vent est revenu le lendemain pour le trajet vers Morgat en passant par la pointe de Pen Hir et les des tas de pois. On s’est présenté devant Morgat mais on a choisi de lâcher l’ancre dans l’anse de Saint-Hernot en face des grottes de Morgat et à deux pas de la devenue célèbre plage de l’île Vierge. Vu la pluie on a malheureusement peu profité de cet environnement exceptionnel d’autant que le mouillage est devenu difficile avec la rotation du vent.

Le lendemain direction Douarnenez, ou plutôt le port de Treboul au fond de la baie de Douarnenez, cette fois-ci sous le soleil de retour.

Escale dans le port de plaisance de Treboul

Et pour conclure le lendemain, retour à Brest avec un vent établi de 20 à 25 nœuds avec la flotte qui va avec. Donc prise de 2 ris, et le code 0 est resté rangé, on a tracé pour rentrer avec une vitesse moyenne de plus de 7 nœuds et des pointes à 10 nœuds. La vidéo ci-dessous restitue assez mal les conditions assez sportives lors du passage du cap de la Chèvre.

Installer un réseau vpn avec openVPN

Je dispose d’un réseau local centré autour d’un serveur Dell PowerEdge T310 qui fait office de serveurs d’authentification avec OpenLDAP, de mail et de fichiers (entre autres) comme je l’ai déjà signalé à multiples reprises sur ce blog. Je suis régulièrement en déplacement et j’avais mis en place un service de webmail sur le serveur me permettant de consulter mes mails d’un mobile ou d’un portable connecté à mon mobile où que je sois. J’avais fait un post il y a quelques temps à ce sujet qu’on trouvera ici.
En revanche pour consulter les fichiers sur mon serveur, j’utilise OpenSSH en ligne de commande, ce n’est pas franchement convivial et intuitif, mais je m’en contentais jusqu’à présent.

Il se trouve que ma petite dernière entame des études à l’étranger et j’aimerais lui faciliter les choses pour qu’elle puisse accéder aux ressources du réseau local en toute transparence et simplicité. J’ai donc pensé à créer un tunnel VPN entre son Thinkpad sous Linux/Mageia et le réseau local familial.

On trouve beaucoup de tutoriels sur internet sur le sujet, mais quasiment tous présentent une configuration où tout le flux internet du client VPN se trouve redirigé vers le serveur via le tunnel VPN. L’accès internet se fait donc via le serveur avec la technique de l’IP Masquerade. C’est sûrement intéressant dans beaucoup de cas, notamment pour une utilisation professionnelle où on souhaite filtrer l’accès à internet (voire l’interdire), ou bien encore pour surfer plus ou moins masqué, mais dans mon cas ça n’apporte rien du tout, car ça ralentit considérablement l’accès à internet sur le client. Je souhaite juste que le client accède aux ressources du réseau local privé et continue à accéder à internet via sa connexion habituelle.

Du coup j’ai travaillé sur cette configuration particulière que j’expose dans cette page où sont présentées les principales étapes pour configurer le serveur et le client VPN basé sur OpenVPN. De mon poste client je peux maintenant simplement lancer la connexion VPN où que je sois connecté et accéder du terminal ou d’un gestionnaire de fichiers aux fichiers du serveur.

Accessoirement j’ai vu également que je pouvais maintenant accéder à mon VPN via mon mobile Android. Je n’en ai pas franchement l’utilité aujourd’hui, mais pourquoi pas, pour le fun je pourrais essayer, ça fera certainement l’objet d’un nouveau post.

Visualiser ses traces gps avec viking

Jusqu’à présent j’utilisais Turtle Sport pour visualiser et archiver mes traces GPS, mais depuis mon passage à Mageia 8 j’ai une erreur java et il ne lance plus. Vu que la dernière version a maintenant 4 ans, je crains qu’il ne soit plus maintenu.

Turtle Sport

Alors certes il existe des applications en ligne, donc GPS Visualizer dont je me sers beaucoup, mais l’analyse est assez sommaire et je n’ai pas trop envie que mes traces se retrouvent sur je ne sais quel serveur.

Du coup j’ai trouvé un autre logiciel qui pouvait me convenir, il s’agit de Viking qui continue, lui, à être maintenu. Alors certes, on n’a pas l’image en fond d’écran, il ne prend en natif les fichiers .FIT de mon garmin, mais l’analyse est complète et il possède de nombreuses extensions qui me restent à découvrir.

Viking GPS data editor and analyzer

A propos de la trace GPS qui est affichée sur la copie d’écran ci-dessus, il s’agit d’une sortie avec un groupe de 4 voiliers J/80 au départ de Brest vers Camaret, au près en remontant le vent de Brest à Camaret puis descente sous spi avec des pointes à 13 nœuds au retour.

J/80 devant la tourelle du Mengant dans le goulet de Brest

Windsurf dans le lagon breton

Ce n’est pas tout à fait les tropiques, mais quand même par moment le Finistère y ressemble beaucoup et notamment quand on navigue sous le soleil dans une baignoire d’eau translucide sur fond de sable comme on peut le voir sur cette vidéo.

Le spot se situe au niveau de la plage de Corn Ar Gazel à Saint Pabu, à l’embouchure de l’Aber Benoît. Même si le spot marche avec plusieurs orientations de vent et hauteurs de marée, les conditions idéales sont clairement le vent de nord-est par marée basse. Généralement ce vent est généré par un anticyclone et se conjugue le plus souvent avec un grand ciel bleu, il se renforce régulièrement vers 16h à la faveur d’un thermique. Par grand coefficient, une bande de sable se forme et on peut naviguer tout le long en rentrant dans l’Aber, c’est tout simplement fantastique, sur l’image de la vidéo on peut distinguer l’axe de l’Aber en bleu foncé.

Niveau force du vent, c’était pas fabuleux, un léger 4bft avec des couloirs de vent et des trous de vent quand on est masqué par l’île Garo, j’étais limite avec ma voile de 6.6m², le waterstart n’est pas toujours possible surtout avec une voile de 4cambers avec un fourreau large, d’ailleurs j’ai mis dans la vidéo une séquence de lever de voile pour le moins acrobatique avec un flotteur de seulement 91l.

Techniquement c’est filmé avec une caméra embarquée GoPro Hero9 Black en mode 2,7K, 60 images par seconde et SuperView avec le mode de stabilisation Boost activé. Avec une caméra fixée dans trois positions successives dans le dos sur une perche en mode 3ème personne, sous le wishbone et devant le wishbone. C’est monté sous linux avec kdenlive.

%d blogueurs aiment cette page :