Passage à la connexion sécurisée https

Je suis passé à la connexion sécurisée en passant de http à https pour l’ensemble de mes sites funix.org, hoarau.org et ce blog. Le https est utile pour sécuriser une connexion entre le client (le visiteur du site) et le serveur qui héberge le site et éviter ainsi que les données circulent en clair sur le réseau. C’est notamment absolument indispensable dans le cas de transactions sur un site commercial. Quel est donc l’intérêt pour des sites comme les miens ? En fait le https a tendance à devenir quelque peu la norme sur le web. Ainsi certains navigateurs stigmatisent les sites avec des connexions non sécurisées avec une mention d’avertissement, quant à Google il favorise également le référencement des sites avec https au détriment des sites en http. Bref, suffisamment de raison pour basculer en https.

Techniquement la connexion https repose sur le protocole SSL , le serveur dispose d’un certificat qui permet d’activer le chiffrement des données entre le serveur et le navigateur avec le protocole https via le port 443. Le certificat identifie de manière unique le serveur ou du moins l’individu ou l’organisation qui l’administre.

Je suis hébergé chez online qui offre https de base pour les services mutualisés. Le certificat est géré automatiquement par Let’s Encrypt qui est une des rares (et sans doute la seule) autorité de certification habilitée à délivrer des certificats gratuitement. Pour mes sites funix.org, hoarau.org j’ai simplement créé un fichier .htaccess à la racine des sites contenant :

RewriteEngine On
RewriteCond %{HTTP:HTTPS} !on
RewriteRule (.*) https://%{SERVER_NAME}/$1 [QSA,L,R=301]

Ce code gère la redirection automatique de http vers https, donc on peut toujours pointer sur les anciennes adresses. Pour ce blog qui tourne sous wordpress, je n’ai pas créé de lignes particulières pour le fichier .htaccess. J’ai installé et activé simplement l’extension Really Simple SSL. Elle gère également la redirection automatique de http vers https.

Je n’ai pas observé de bogues manifestes sur l’ensemble de mes sites, je suis néanmoins preneur de tout retour sur le moindre dysfonctionnement.

opencv et intelligence artificielle

En mettant à jour mes pages de FUNIX sur les outils pour gérer la vidéo sous linux, j’ai mis à jour la bibliothèque OpenCV en la faisant évoluer vers la version 4.0.1. Jusqu’à présent je ne prenais pas le temps de me pencher sur les bibliothèques de bas niveau, préférant m’attarder sur les logiciels de haut niveau qui les utilisent comme le logiciel de montage vidéo kdenlive ou le célèbre lecteur vidéo VLC. J’ai cependant pris le temps de me pencher plus longuement sur OpenCV car c’est une bibliothèque pleine de ressources.

En deux mots, OpenCV fournit des routines de traitement vidéo en temps réel. Plus précisément vous pouvez détecter des visages, des objets, lire du texte, identifier une plaque d’immatriculation, faire du traking d’objets dans une vidéo ou une image. Plus fort encore, OpenCV dispose de méthodes d’apprentissage basées sur des réseaux de neurones pour affuter la reconnaissance d’objets, on n’est pas loin de l’intelligence artificielle !

Léna et Véronique en cours de kite
Continuer la lecture de opencv et intelligence artificielle

Tempête isaias

J’ai profité à ma manière de la tempête Isaias qui a traversé la France aujourd’hui et qui a généré sur la pointe bretonne un bon 7-8 bft, autant dire un simple coup de vent. Je me suis pointé sur la côte nord Finistère, spot de Tréompan (3 moutons pour les intimes) à la fraîche au sens propre comme au sens figuré pour profiter des vagues qui sont bien plus grosses à marée haute. En fait le vent était un peu trop ouest, donc déventé sur le bord, des conditions pas faciles pour franchir la barre, en maintenant un équilibre précaire sur un mini flotteur alors que les vagues déferlent, mais une fois la barre franchie le vent montait sensiblement dans les tours et même avec ma voile de 3.4 taille mouchoir, ça restait plutôt sportif. En revanche cette orientation est assez idéale pour ce spot pour envoyer des bons surfs avec des vagues d’une taille raisonnable mais suffisante pour satelliser son bonhomme.

Trois sorties en trois jours, la combinaison n’a même pas le temps de sécher.

Récupérez un mot de passe windows de linux

Voulant réinstaller le launchpad Novation MK2 sur le nouveau ThinkPad T440p sous windows 7 professionnel pour ma fille, je me suis rendu compte que j’avais négligemment oublié le mot de passe d’administrateur ! C’est ballot, fort heureusement avec une partition sous linux, on peut faire pas mal de chose avec une commande qui s’appelle chntpw c’est à dire “change NT password” tout un programme. A vrai dire c’est valable avec n’importe quel PC windows dès lors que vous y avez accès physiquement et que vous pouvez accéder au BIOS.

Launchpad Novation MK2 et le ThinkPad T440p en mode linux

Il suffit de repérer la partition windows, la monter si ce n’est pas déjà fait et d’aller dans le répertoire Windows/System32/config. De mon côté j’ai tapé simplement en tant que root

cd /media/win_d/Windows/System32/config

Ensuite on tape la commande chntpw -l sam -i à noter qu’il faut que vous ayez un fichier sam dans le répertoire, sur d’autres systèmes ce fichier peut être en majuscule. Voilà le résultat :

chntpw version 1.00 140201, (c) Petter N Hagen
Hive name (from header): <\SystemRoot\System32\Config\SAM>
ROOT KEY at offset: 0x001020 * Subkey indexing type is: 666c
File size 262144 [40000] bytes, containing 8 pages (+ 1 headerpage)
Used for data: 273/87760 blocks/bytes, unused: 18/10288 blocks/bytes.

<>========<> chntpw Main Interactive Menu <>========<>

Loaded hives:

1 – Edit user data and passwords
2 – List groups
– – –
9 – Registry editor, now with full write support!
q – Quit (you will be asked if there is something to save)

What to do? [1] ->

Continuer la lecture de Récupérez un mot de passe windows de linux

Thinkpad t440P et linux

Pour remplacer le Lenovo IdeaPad u350 vieillissant de ma fille je me suis d’abord tourné dans la recherche d’un ultra portable Thinkpad que j’affectionne vu que j’en ai déjà 3 différents (X200, X220 et X230).

Respectivement X230 (mon PC perso), X200 (PC multimedia) et X220 (PC de ma moitié)

Mais la taille d’écran ne lui convenait pas, j’ai trouvé sur ebay un ThinkPad T440p d’occase à 189,9€ TTC (+18€ de livraison) en Allemagne qui est pourvu d’un écran de 14” équivalent à celui de l’IdeaPad. En voici les caractéristiques :

  • processeur i5-4300M 4ème génération 2,6Ghz avec 4 coeurs
  • 8 Go de RAM
  • disque dur de 500 Go
  • Réseau (wifi, RJ45, bluetooth)
  • connectivité (4 ports USB (dont 2 USB 3.0), lecteur carte SD, VGA, mini display)
  • accessoires divers (webcam, lecteur d’empreinte digitale, lecteur DVD)

Avec windows 7 installé dessus et toute la robustesse, la qualité de fabrication et de la durabilité des thinkpad conçu pour un usage professionnel. Quand on sait qu’il valait à la base plus de 1200€ TTC, on peut considérer que c’est une très bonne affaire !

J’ai fait le choix de conserver windows 7 et d’installer en double boot Linux avec une distribution Mageia 6 (ou plutôt 6.1 avec les mises à jour) et tout fonctionne du premier coup sans soucis. Il n’y a que le lecteur d’empreinte que je n’ai pas encore testé.

Lenovo Thinkpad T440p

J’ai installé XFCE comme environnement graphique par défaut, on retrouver le dock cairo tout en bas, on peut distinguer l’applet météo qui est développé et un conky sur l’état du système en haut à droite.

Sorties planche à voile 2018

Hier j’ai fait certainement ma dernière sortie en planche à voile de l’année, finalement j’ai réussi à aligner 30 sorties, ce n’est pas trop mal compte tenu que j’ai multiplié également les sorties en voilier et que je ne suis plus du tout disponible en semaine pour partir naviguer. Voilà une petite sortie qui résume ces sorties, on y voit essentiellement des sorties en slalom qui ont constitué l’essentiel de mes sorties dont le détail se trouve par ici.

La dernière sortie était relativement mémorable, c’était une bonne session de slalom par temps de crachin mais j’étais accompagné de ma moitié et de ma fille qui se mettent au kite puisque je n’ai pas réussi à les mettre à la planche à voile. Il faut reconnaitre que l’apprentissage du kite est bien plus facile. Ainsi donc je ne suis plus seul à partir écumer les spots du nord Finistère même si ça réduit le choix aux spots faciles compatibles pour la pratique du kite débutant. Après avoir pris quelques cours, elles en sont à s’extirper de l’eau pour commencer leurs premiers bords et visiblement cette étape n’a pas l’air simple. Le départ de ma fille est bon mais ça se gâte ensuite !


Mémoire sur les inégalités à la Réunion

Dans le cadre de la formation professionnelle, je termine actuellement une formation diplômante de master 2 en droit avec l’université Paris 1 – Sorbonne qui aboutit notamment à la rédaction d’un mémoire . J’ai choisi les inégalités entre l’outre-mer et la métropole avec le cas particulier de l’île de la Réunion. Il se trouve que mon mémoire a un certain écho dans l’actualité de l’île qui est complètement paralysée depuis deux semaines par le mouvement des gilets jaunes qui a atteint un niveau de mobilisation très supérieur à celui de la métropole et qui étouffe littéralement toute son économie déjà très fragile.

Pour résumer mon mémoire, la Réunion est une île d’extrêmes, de contrastes et pleine de contradictions.

D’extrêmes car elle cumule dans un espace exigu surpeuplé tous les risques physiques imaginables :  l’inondation, les mouvements de terrain, les cyclones, les éruptions volcaniques, les séismes et les feux de forêts. Elle concentre également un large éventail d’inégalités sociales, elle est ainsi le département français qui compte à la fois le plus fort taux de bénéficiaires des minima sociaux et de l’impôt sur la fortune. Elle se caractérise également par un fort taux de chômage, de violence, d’illettrisme et de personnes touchées par l’alcoolisme et les problèmes de santé liés à la sédentarité et la malbouffe.

De contrastes avec une variété de reliefs et de paysages, on passe du lagon tropical à la haute montagne à plus de 3000 m d’altitude en l’espace de quelques dizaines de kilomètres. Elle compte également une variété et une diversité de population façonnée par trois siècles de peuplement et de colonialisme. Par ailleurs du fait des inégalités omniprésentes la Réunion cumule toutes les caractéristiques d’un pays riche et développé et d’un pays du tiers monde.

De contradictions avec un rattrapage économique par rapport à la métropole sur le modèle métropolitain par opposition à un développement propre prenant en compte les atouts et le contexte local qui a réduit les inégalités entre la Réunion et la métropole mais qui dans le même temps entretient voire augmente les inégalités dans la société réunionnaise. C’est aussi une île située dans un environnement régional actif en plein développement mais à la fois fermée et isolée et qui entretient des échanges quasi exclusifs avec la métropole. Contradiction également entre des réunionnais qui veulent être traités de la même manière que leurs homologues métropolitains mais qui affirment leurs différences notamment culturelles.

Aujourd’hui la réduction des inégalités marque le pas et fait face à un système en place conservateur et peu enclin à évoluer, pourtant la Réunion est une île riche de la diversité de sa population et pleine d’atouts qui n’attendent qu’à être exploités pour accélérer son développement et réduire les fractures qui minent la société réunionnaise.

Pour découvrir mon mémoire, j’ai créé une page dédiée sur mon site personnel où il peut être librement téléchargé au format pdf.

Le passage du Tas de Pois

Le passage du tas de pois en mer d’Iroise pour le marin breton c’est un peu son passage du nord-ouest ou du Cap Horn toute proportion gardée.  C’est une avancée rocheuse de la pointe de Pen-Hir sur la presqu’île de Crozon où les voiliers s’aventurent à passer entre les rochers. J’ai tenté l’aventure ce 25 novembre dernier, sur la vidéo ci-dessous notre voilier en provenance du Cap de la Chèvre remonte au nord vers le goulet de Brest. On peut distinguer de gauche à droite le passage emprunté entre les rochers Bern Id  “Tas de blé” et le Ar Forc’h “la Fourche”.

Beau temps mais une mer plutôt forte avec une superbe houle qui devait générer des bonnes vagues du côté de la presqu’île de Crozon.

L’occasion également de voir le rocher du Lion qui porte bien son nom en face de la pointe du Toulinguet.

Ainsi que la balise de la Louve au pied du sémaphore du Toulinguet.

Au passage la vidéo ci-dessous a été montée avec kdenlive 18.08.3 qui vient de sortir. C’est une mise à jour mineure qui intègre essentiellement des corrections pour la version portée sous windows.

Faire un clone d’une carte SD d’un GPS carminat TomTom de Renault

Même si je suis très critique envers TomTom et que je préfère la fiabilité d’un navfree ou de waze, il se trouve que dans ma voiture j’ai un GPS intégré TomTom Carminat dont les données sont embarquées sur une carte SD. Comme il est en fonction en permanence tant qu’à faire autant qu’il soit à jour même si je ne lui fais pas aveuglement confiance. L’ennui est qu’en cas de détérioration de la carte, on est quitte pour racheter une nouvelle carte chez Renault. J’ai donc cherché à faire une copie de la dite carte. Or bien évidemment elle est un minimum sécurisée. Voici donc les quelques manipulations à réaliser, sous linux bien évidemment, pour en faire un clone fonctionnel.

Tout d’abord en insérant la carte TomTom d’origine sur un poste linux, journalctl -f me donne le nom du fichier spécial d’accès à la carte qui est /dev/sdc et /dev/sdc1 pour la partition

nov. 01 19:32:42 predator.kervao.fr kernel: usb 3-5: reset high-speed USB device number 9 using xhci_hcd
nov. 01 19:32:42 predator.kervao.fr kernel: ums-realtek 3-5:1.0: USB Mass Storage device detected
nov. 01 19:32:42 predator.kervao.fr kernel: scsi host6: usb-storage 3-5:1.0
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: scsi 6:0:0:0: Direct-Access     Generic- Multi-Card       1.00 PQ: 0 ANSI: 0 CCS
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] 7741440 512-byte logical blocks: (3.96 GB/3.69 GiB)
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] Write Protect is off
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] Mode Sense: 03 00 00 00
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] No Caching mode page found
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] Assuming drive cache: write through
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel:  sdc: sdc1
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] Attached SCSI removable disk

voilà ce que donne un fdisk -l pour /dev/sdc

Disque /dev/sdc : 3,7 GiB, 3963617280 octets, 7741440 secteurs
Unités : secteur de 1 × 512 = 512 octets
Taille de secteur (logique / physique) : 512 octets / 512 octets
taille d'E/S (minimale / optimale) : 512 octets / 512 octets
Type d'étiquette de disque : dos
Identifiant de disque : 0x00000000

Périphérique Amorçage Début     Fin Secteurs Taille Id Type
/dev/sdc1              8192 7698431  7690240   3,7G  b W95 FAT32

on récupérera donc une carte de 4Go également qu’on formatera en FAT32 avec la commande (en supposant qu’on a la même fichier spécial).

 mkfs.vfat -F 32 /dev/sdc

Revenons à notre carte d’origine TomTom on fait une copie bas niveau en tapant la commande dd:

dd if=/dev/sdc of=sdtomtom.img bs=4M
945+0 enregistrements lus
945+0 enregistrements écrits
3963617280 bytes (4,0 GB, 3,7 GiB) copied, 229,485 s, 17,3 MB/s

attention la carte SD ne doit pas être montée pour que ça fonctionne. On insère maintenant la nouvelle carte qu’on aura préalablement formatée en FAT32. Attention à ne pas la monter également. Et on tape la commande dd :

dd if=sdtomtom.img of=/dev/sdc bs=4M
945+0 enregistrements lus
945+0 enregistrements écrits
3963617280 bytes (4,0 GB, 3,7 GiB) copied, 439,838 s, 9,0 MB/s

pour être sûr que tout fonctionne avant d’aller la tester dans la voiture, comme je n’ai pas trouvé encore le moyen d’administrer mon GPS TomTom sous linux, je vais sous windows pour lancer TomTom Home et vérifier qu’elle est bien reconnue. Personnellement j’utilise une machine virtuelle windows dans ma session linux qui me permet de lancer les rares programmes windows sans équivalent sous linux en utilisant VirtualBox.

Je constate que mon clone de carte est parfaitement reconnue et de surcroit à jour, je n’ai plus qu’à aller le tester dans la voiture, et là également c’est une réussite.

 

Passage à kdenlive 18.08.2

Je viens de passer à la version 18.08.2 de montage vidéo kdenlive, d’après le site de kdenlive, cette version a bénéficié  de la réécriture d’une grosse partie du code et peut donc souffrir de régression. J’ai néanmoins réussi à faire un montage complet sans trop soucis, comme on peut le voir avec la vidéo ci-dessous  d’une petite balade VTT dans les anciens marais salants et le bois des Aresquiers du côté de Frontignan en août dernier.

je déplore toutefois quelques désagréments, au premier lancement, boum, pas possible de le lancer et je tombe sur le message :

libGL error: No matching fbConfigs or visuals found
libGL error: failed to load driver: swrast
Could not initialize GLX

ah bin, me voilà bien avancé et visiblement cela ne touche (encore) que les possesseurs de GPU NVIDIA. En fait sur ma Mageia 6 c’est un conflit de bibliothèque libGL entre les packages lib64mesagl1 et  x11-driver-video-nvidia-current. Le dernier package fournit les bibliothèques les plus adaptées à un GPU NVIDIA, mais je ne peux pas supprimer lib64mesagl1 dont dépendent un tas d’autres packages, du coup j’ai modifié les liens des bibliothèques installées par lib64mesagl1 pour qu’elles pointent vers celles de x11-driver-video-nvidia-current et le tour est joué ! Je déplore également qu’il soit difficile de déplacer bêtement le curseur, cela dit quand j’active l’option movit pour utiliser les ressources de la GPU, cela s’améliore nettement et surtout c’est maintenant a priori beaucoup plus stable qu’avant, il faudra que je vois à l’usage mais on retrouve la fluidité des versions antérieures de kdenlive.

Du coup j’en ai profité pour mettre à jour mon site funix avec les modifications suivantes :

– page outils de base pour la vidéo, passage à libvorbis 1.3.6, faac 1_29_9_2, fdk_aac 0.1.6, x264-snapshot-20181006-2245, x265 2.9, movit 1.6.2 et ffmpeg 4.0.2
– page conteneur vidéo, passage à libebml 1.3.6, libmatroska 1.4.9 et mkvtoolnix 27.0.0
– page montage vidéo, passage à mlt 6.10.0 et kdenlive 18.08.1, LiVES 2.10.0, cinelerra GG 5.1.20180930, OpenShot Video 2.4.3, Synfig Studio 1.2.2 et Blender 2.79b
– page lecteurs vidéo, passage à libdvdcss 1.4.2, live 2018.09.18 et VLC 3.0.4
– page transcodage, passage à avidemux 2.7.1 et HandBrake 1.1.2
– page outils audio divers, passage à audacious 3.10 et MusicBrainz Picard 2.0.4