Archives de catégorie : Nautisme

Tout ce qui touche les activités liées à la mer, voilier, planche à voile, funboard, surf

45ème sortie de windsurf

Ce post est l’occasion de faire un test d’intégration d’un tweet sous wordpress, ça me permet de partager cette courte vidéo d’un jibe dans une petite vague sans perte de planning. Le tout est évidemment monté avec kdenlive et filmé avec ma GoPro Hero 8 fixée à l’envers au wishbone.

Tempête Alex

J’ai laissé passer mon tour au plus fort du passage sur le nord Finistère de la tempête Alex dès l’après midi de vendredi, les vents à 120km/h et les torrents d’eau, merci bien. En revanche le lendemain, c’était à nouveau navigable, même si le vent continuait à souffler en oscillant entre 7 et 8 bft soit quand même un bon 35-45 nœuds de nord-ouest. J’ai fait le choix de la marée haute descendante le samedi matin, quand je me suis mis à l’eau on était déjà une bonne vingtaine à profiter de conditions de navigation plutôt musclées avec des bonnes rampes à 2m dans les plus grosses séries.

C’est dans ces moments qu’on se rencontre qu’on n’a plus 25 ans. Dans de telles conditions on a droit à aucune faiblesse, le moindre relâchement peut vite vous entraîner dans une galère pas possible, ça oblige à être vigilant et au top en permanence. C’est assez épuisant et cela explique pourquoi il est préférable de s’arrêter et de souffler quasiment à chaque aller/retour. La moindre petite vague dans ces conditions de vent vous satellise à plusieurs mètres de hauteur, la réception est pas toujours heureuse, heureusement que la combinaison et le gilet d’impact amortissent une partie du choc. Au total après seulement 1h30 de sortie et à peine 55min de navigation, j’avais ma dose, ça vaut très largement 3 à 4h de slalom.

Cette fois-ci j’avais de la matière à faire une vidéo que voici :

C’est la première fois que j’ai l’occasion de monter une vidéo windsurf avec ma nouvelle GoPro Hero 8 achetée pendant le confinement, la stabilisation intégrée avec l’algorithme HyperSmooth est carrément bluffante, c’est le jour et la nuit avec mon ancienne GoPro Hero 4, en tout cas certainement moins vomitif à la visualisation.

L’après midi je suis repassé en mode promenade et photos, il y avait une bonne cinquantaine de planchistes à l’eau, dans des conditions de vague plus modestes que le matin. Le spectacle était toutefois encore là d’autant que le soleil pointait son nez, ce ballet parfaitement synchronisé de backloop en est la parfaite illustration.

Pour en revenir à la vidéo, comme d’habitude elle est montée sur kdenlive, pour la musique c’est les ramoneurs de menhirs, un groupe breton inclassable qui envoie du lourd !

Irresponsable et inconscient

J’avoue honteusement que je fais partie des irresponsables et inconscients qui sortent en planche en voile les jours de tempête. Il faut dire qu’en ce moment on est gâté, pas moins de trois tempêtes en l’espace d’une semaine, on n’avait pas vu ça depuis décembre 2013 avec une série de tempêtes qui m’avait coûté un mât, un wishbone et une voile comme on peut le voir dans les vidéos ci-dessous :

Pour en revenir aux tempêtes en cours, je suis sorti pendant les tempêtes Ciara et Dennis, j’ai loupé Inès qui est passée dans la semaine. Je ne me considère pas inconscient et irresponsable car même si les conditions sont hardcore par la force du vent et les vagues d’une bonne taille le risque est maîtrisé. En effet je choisis toujours un spot qui permet de revenir au bord en cas de casse, de perte de matériel en prenant en compte l’orientation des vagues, du vent et du courant. Depuis peu je mets également pour ce type de conditions un gilet de protection contre les impacts, ce n’est pas tant pour protéger contre les chocs mais c’est surtout qu’il apporte une aide à la flottaison même si ce n’est pas son but premier. Quand on se fait brasser dans les vagues c’est une aide précieuse pour rester à la surface et ne pas trop s’épuiser.

Dans le cas présent avec un vent tempétueux de sud, sud-ouest, je reste dans la baie de Guisseny (connu également sous le nom du spot du Fanal) en choisissant correctement l’horaire de marée, on peut avoir pied quasiment partout. Les vagues rentrent bien sans être monstrueuses et destructrices comme sur le spot des Blancs Sablons au Conquet. Vu l’orientation légèrement off du vent, elles sont belles et bien pentues, on peut arriver quand même à des tailles respectables de 1,5-2m dans les grosses séries.

Au surf pendant la tempête Dennis

Le bémol est que le vent est tellement fort est qu’il difficile de garder une voile neutre pour surfer correctement les vagues, en revanche c’est l’idéal pour envoyer des sauts stratosphériques.

Photo plutôt médiocre d’un saut lors de la tempête Ciara

Par ailleurs on est rarement seul, on partage ce moment de folie avec d’autres inconscients qui ont également un bon (voire excellent) niveau.

Bref, je puis concevoir que sortir pendant les tempêtes surprenne voire choque, mais en respectant certaines règles de base de sécurité et en ne surestimant pas ses capacités, on peut prendre sa dose d’adrénaline et de plaisir. Je n’en dirais pas autant pour le kitesurf, les vents tempétueux se caractérisent par des soudaines et violentes rafales qu’il est possible de gérer en windsurf en choquant à mort la voile mais qui sont beaucoup plus délicates à gérer en kitesurf, cela reste potentiellement bien plus dangereux.

Sorties windsurf 2019

Bon j’ai fini en beauté l’année avec un sortie planche à voile cette après midi dans la lagune des dunes de Sainte Marguerite qui se remplit à marée haute. On navigue dans guère plus d’un mètre d’eau sur un fond de sable et on se croit tout de suite dans les mers du sud, il manquait juste le soleil pour donner un aspect lagon, la Bretagne peut être franchement magnifique. J’ai quand même parcourus 61km au total et j’en ai maintenant les bras qui tombent.

Sinon cette année je compte 44 sorties au total, c’est plutôt pas trop mal d’autant que je ne peux plus naviguer le soir après le boulot et que j’ai également enchaîné les sorties en voilier le week end et pendant mes congés. Pour en revenir à mes 44 sessions, elles se décomposent en :
– 24 sorties en mode vague avec le flotteur JP Young GUN 70l (pour les voiles 5 en tribord WSix 4.7, 5 en Simmer Black Tip 4.7, 11 en Simmer Icon 4.2, 4 en Naish Session 3.4)
– 19 sorties en mode slalom en flotteur Exocet RS2 91l (pour les voiles 13 en MauiSails TR6 6.6, 1 en Duotone S-Type SL 6.0, 5 en XO Sails Shark 5.7)
– 1 sortie en mode foil (flotteur fanatic gecko 133, voile duotone S-type SL 6.6)

Le détail de sorties est par ici.

La nouveauté cette année est que j’ai testé le foil et je n’ai pas vraiment aimé même si j’ai réussi à planer sans trop de difficulté, c’est beaucoup trop de concentration pour maîtriser le vol du flotteur et du coup pas trop de plaisir ! J’ai également remplacé mon antique voile tribord WSix 4.7 contre une Simmer Black Tip 4.7, du coup je me retrouve avec un mât de 4,0m en SDM sur les bras, ça réduit le quiver. Sinon j’ai claqué un 33,7 nœuds en vitesse de pointe en mode slalom, mon record. 33,7 nœuds c’est juste 62km/h mais quand on est au raz de l’eau c’est hyper impressionnant, il faut s’appliquer à maîtriser le flotteur qui part dans tous les sens et la culbute n’est jamais très loin, et à cette vitesse ça peut faire mal. A part ça pas de progrès notable, je reste dans ma zone de confort et ma foi j’y suis plutôt bien et je continue à prendre du plaisir.

Quelques photos, en mode vague dans les vagues de Tréompan

Posted Image

en mode slalom à Saint Pabu

Posted Image

Et une vidéo qui résume cette année

Prévisions et observations vagues et vent pour la bretagne

Puisque c’est de circonstance avec les vacances d’été, voici une synthèse des sites que j’utilise habituellement pour anticiper et observer les conditions des spots du Finistère nord pour le vent et les vagues. A vrai dire, je m’en sers toute l’année avec quasiment aucune pause si ce n’est souvent paradoxalement l’été faute de vent et de vagues.

Le premier site qui gagne à être connu est data.shom.fr. C’est le portail du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM) destiné à tous les usagers de la mer, professionnels comme particuliers qui permet d’accéder aux données géolocalisées du SHOM, à savoir les données bathymétriques, de cartographie, de marée, de courants de marée, des prévisions océanographiques et d’hydrographie générale. C’est assurément le portail de référence pour les prévisions pour ce qui concerne les vagues et notamment au plus proche des côtes, oublier les allosurf et autres surf-report qui sont bien souvent beaucoup trop optimistes. Ça fait maintenant quelques années que je l’utilise et j’ai pu vérifier la fiabilité de ses données et a contrario l’imprécision des autres sites. En revanche, la richesse des données engendre une relative complexité et c’est pas forcément facile de s’y retrouver.

En lançant sur le site on se retrouve avec un simple trait de côte en zoomant sur la Bretagne.

On rajoute ensuite des couches de données à partir du catalogue du SHOM, ici on rajoute les prévisions de hauteur de vague.

on peut ainsi cumuler plusieurs couches, ici les vagues, le vent et la température de l’eau, toujours utile. Pour que ça reste visible, on les affiche alternativement en (dé)cliquant sur l’œil. Pour la palette d’unité on l’affiche ou on la cache en cliquant sur l’icône de palette de couleur.

Maintenant en cliquant sur l’icône de gauche Prévisions, vous pouvez cliquer sur le spot qui vous intéresse avec la souris.

Ça va donner un océanogramme sur 4 jours avec les informations de pression, de vent, de vague et tout en bas de la page (non visible ci-dessous) les modèles météorologiques et hydrographiques qui ont été utilisés.

Je clique habituellement sur le jour courant pour connaître la hauteur des vagues qui est redoutablement fiable.

Pour le vent, je me fie aux bulletins météo marine édités par Météo France, la référence institutionnelle en France dans le domaine. Là encore, je ne vais pas voir les autres sites comme météoconsult qui utilise les données de Météo France. Toutefois, je m’autorise une petite entorse en consultant également windguru qui n’utilise pas forcément les mêmes modèles météo et ça permet de croiser les informations avec les données de Météo France pour confirmer des prévisions. Pour windguru, il faut en revanche oublier les prévisions des vagues qui sont particulièrement fantaisistes.

Sinon quelques sites en vrac, infoclimat qui donne les observations de vent toutes les heures à des points déterminés, diabox qui donne les observations en temps réel, et le site qui monte igetwind.

A noter pour les utilisateurs de facebook le groupe ride and crepe. qui regroupe des windsurfeurs et kiteurs locaux qui est une autre source d’informations sur les conditions temps réel des spots. Ces sites m’ont permis d’économiser un nombre appréciable de litres de carburant en m’évitant de me déplacer pour rien.

Mini croisière

Mini croisière à deux ce week end au départ de Brest avec une nuit à Camaret sur un Beneteau Oceanis 323 pour les connaisseurs. Une navigation marquée par une sortie épique et plutôt sportive du goulet de Brest le samedi matin avec les restes de la tempête Miguel, sous le soleil certes mais en tirant des bords dans un bon 25 nœuds et des creux de 2m bien resserrés, de quoi bien vous calmer. On s’est donc retrouvé assez rapidement à quai à Camaret pour nous remettre de nos émotions et aller visiter les nombreuses galeries d’art du bourg.

Tour Vauban à Camaret

Le lendemain, le vent était bien tombé, on était bien plus proche de la pétole que de la tempête au point qu’il a fallu donner un peu de moteur pour remonter le courant dans le goulet de Brest et profiter du spectacle que nous offre la nature, comme ce cormoran qui décolle laborieusement.

Continuer la lecture de Mini croisière

Croisière dans le grand sud… Bretagne

Ces derniers jours on a descendu un voilier (un Dufour 365 pour être précis) de Brest au port du Crouesty en 3 étapes. De Brest aux îles des Glénan le premier jour en 14h de navigation en passant par le raz de Sein, puis vers l’île de Groix en 5h20 et enfin de Groix au Crouesty le troisième jour en 6h de navigation. La trace GPS ressemble à cela :

Au portant quasiment en permanence avec un vent de nord-ouest qui forcissait à 15-20 noeuds l’après midi, on a envoyé des très longs bords de spi asymétrique avec quelques empannages pour exercice entre les Glénan et Groix. Si on a été gâté niveau vent, on ne peut pas autant en dire pour la température, un bon coup de froid nous a fait revenir en hiver.

En revanche les conditions nous étaient favorables pour le passage du raz de Sein, à une allure de 8 nœuds même avec un courant de face de 3 nœuds on a pas eu à attendre l’étale et la bascule de marée. C’est l’occasion de passer à côté du phare de la vieille dans l’alignement de la tourelle de la plate.

Continuer la lecture de Croisière dans le grand sud… Bretagne

Tempête isaias

J’ai profité à ma manière de la tempête Isaias qui a traversé la France aujourd’hui et qui a généré sur la pointe bretonne un bon 7-8 bft, autant dire un simple coup de vent. Je me suis pointé sur la côte nord Finistère, spot de Tréompan (3 moutons pour les intimes) à la fraîche au sens propre comme au sens figuré pour profiter des vagues qui sont bien plus grosses à marée haute. En fait le vent était un peu trop ouest, donc déventé sur le bord, des conditions pas faciles pour franchir la barre, en maintenant un équilibre précaire sur un mini flotteur alors que les vagues déferlent, mais une fois la barre franchie le vent montait sensiblement dans les tours et même avec ma voile de 3.4 taille mouchoir, ça restait plutôt sportif. En revanche cette orientation est assez idéale pour ce spot pour envoyer des bons surfs avec des vagues d’une taille raisonnable mais suffisante pour satelliser son bonhomme.

Trois sorties en trois jours, la combinaison n’a même pas le temps de sécher.

Sorties planche à voile 2018

Hier j’ai fait certainement ma dernière sortie en planche à voile de l’année, finalement j’ai réussi à aligner 30 sorties, ce n’est pas trop mal compte tenu que j’ai multiplié également les sorties en voilier et que je ne suis plus du tout disponible en semaine pour partir naviguer. Voilà une petite sortie qui résume ces sorties, on y voit essentiellement des sorties en slalom qui ont constitué l’essentiel de mes sorties dont le détail se trouve par ici.

La dernière sortie était relativement mémorable, c’était une bonne session de slalom par temps de crachin mais j’étais accompagné de ma moitié et de ma fille qui se mettent au kite puisque je n’ai pas réussi à les mettre à la planche à voile. Il faut reconnaitre que l’apprentissage du kite est bien plus facile. Ainsi donc je ne suis plus seul à partir écumer les spots du nord Finistère même si ça réduit le choix aux spots faciles compatibles pour la pratique du kite débutant. Après avoir pris quelques cours, elles en sont à s’extirper de l’eau pour commencer leurs premiers bords et visiblement cette étape n’a pas l’air simple. Le départ de ma fille est bon mais ça se gâte ensuite !


Le passage du Tas de Pois

Le passage du tas de pois en mer d’Iroise pour le marin breton c’est un peu son passage du nord-ouest ou du Cap Horn toute proportion gardée.  C’est une avancée rocheuse de la pointe de Pen-Hir sur la presqu’île de Crozon où les voiliers s’aventurent à passer entre les rochers. J’ai tenté l’aventure ce 25 novembre dernier, sur la vidéo ci-dessous notre voilier en provenance du Cap de la Chèvre remonte au nord vers le goulet de Brest. On peut distinguer de gauche à droite le passage emprunté entre les rochers Bern Id  “Tas de blé” et le Ar Forc’h “la Fourche”.

Beau temps mais une mer plutôt forte avec une superbe houle qui devait générer des bonnes vagues du côté de la presqu’île de Crozon.

L’occasion également de voir le rocher du Lion qui porte bien son nom en face de la pointe du Toulinguet.

Ainsi que la balise de la Louve au pied du sémaphore du Toulinguet.

Au passage la vidéo ci-dessous a été montée avec kdenlive 18.08.3 qui vient de sortir. C’est une mise à jour mineure qui intègre essentiellement des corrections pour la version portée sous windows.