Généalogie sous Linux

Je me suis attaqué humblement à la constitution de mon arbre généalogique, je dis humblement car c’est une tâche généralement de longue haleine. Fort heureusement internet a quand même révolutionné le domaine, sur des sites comme geneanet des particuliers qui ont fait ce travail de recherche mettent à disposition leurs arbres. Il suffit souvent de retrouver un homonyme et de se raccrocher aux arbres existants via un aïeul commun. Par contre des erreurs peuvent exister qui sont reproduites ensuite d’arbre en arbre, il conviendrait donc (en théorie) de vérifier chacune des ascendances en se basant sur les actes officiels. Pour cela, notre administration a, elle aussi, fait un exceptionnel effort de numérisation et de mise à disposition vers le public, le site France Archives est déjà un bon point d’entrée. Pour les originaires des anciennes colonies et notamment de la Réunion d’où je suis originaire, je vous conseille la visite des archives nationales d’outre mer où vous trouverez notamment la numérisation des états civils et des registres matricule militaire. Par contre c’est de la numérisation pure sans reconnaissance de caractères, il faudra donc se palucher virtuellement des pages et des pages de vieux grimoire avant de tomber sur un ancêtre. Pour vous faciliter la tâche une association de généalogie à la Réunion a entrepris justement le travail de numérisation avec la mise en place d’un moteur de recherche par nom, ça facilite grandement la tâche. Autre source d’information, le travail remarquable de Gilles Gérard, chercheur et historien de l’île de la Réunion, qui a constitué une base de donnée d’esclaves issue de recensements effectués peu avant leur affranchissement total en 1848. On y découvre qu’avant 1848, il existait deux catégories de population, les esclaves et les esclavagistes ! Même les paysans pauvres (les petits blancs dans le jargon local) disposaient d’au moins 1 ou 2 esclaves.

Bref, et que vient faire linux dans tout ça ! J’ai commencé à constituer mon arbre dans un tableur, mais je suis vite rendu compte que ça n’allait pas le faire. Dans ce domaine, il est quasi obligatoire d’utiliser un logiciel adapté à la généalogie compatible avec la norme GEDCOM. Cette norme s’est imposée comme le format d’échange entre logiciels et sites de généalogie. Pour ma part j’ai fait le choix d’ancestris qui présente les avantages suivants:

– c’est un logiciel libre sous licence GNU/GPL

– il tourne sous java et donc fonctionne indifféremment sous linux ou windows c’est important pour moi, car cela me permet de faire des échanges avec des membres de la famille qui utilisent windows

– il est parfaitement compatible avec la norme GEDCOM

– il existe des modules d’import/export vers geneanet et d’autres sites de généalogie

Cela donne cela

autre raffinement il existe des extensions dont l’une permet de créer une structure HTML pour intégrer son arbre sur un site perso.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vérification anti robot *