Fun à Saint Pabu

Une belle journée hivernale avec un grand soleil, des températures plutôt correctes pour la saison, et surtout un vent d’est dans les 5bft et une marée basse, c’est l’occasion rêvée de me mettre à l’eau du côté de Saint Pabu. Avec le sable, la plage de sable blanc avait un petit air de Polynésie.

16-12-03-fun-saint-pabu-plageCertes avec la température en moins, mais quand même on avait l’eau translucide, d’autant qu’une fois dans l’Aber Benoit, le fond ne dépasse guère le mètre sur une grande étendue de sable fin comme on peut le distinguer sur ma trace GPS. Le vent était sans doute trop est et pas assez nord,  il fallait quand même tirer un max de bord pour rentrer dans l’Aber. Il était sans doute trop irrégulier avec quand même pas mal de molle, mais je ne regrette pas d’avoir choisi une surface de 5.7m² comme voile.

2016-12-03-gps-fun-saint-pabuCette fois-ci, même si cette sortie n’était pas spécialement spectaculaire, il y avait de la matière à faire une vidéo. J’ai choisi 3 positions de fixation différentes, l’une sur la poitrine, à l’arrière du wishbone et devant le wishbone. La première n’est finalement pas terrible car elle manque de recul. Dans cette vidéo, j’ai essayé de synchroniser l’action avec la musique, histoire de donner du rythme, sinon la vidéo aurait été vraiment monotone. Voilà ce que ça donne.

C’est évidemment monté sous linux avec kdenlive version 16.08.2.

Windows 7 Pro sous linux dans un espace virtualisé avec VirtualBox

Je croule sous les PC à la maison, 8 au total (voir mes différentes config par ) ! Je me suis décidé à en réduire le nombre. Certains ont une double partition avec windows mais ce n’est quand même pas très pratique de basculer de windows à linux ou vice-versa. Je me suis remis à la page en virtualisant windows sous linux, ça me permet ainsi de pouvoir regrouper les applications qu’elles tournent sous windows ou linux sur les mêmes postes. La virtualisation consiste à pouvoir lancer un système d’exploitation encapsulé dans un autre système d’exploitation support.

j’ai installé la dernière version de VirtualBox sur ma mageia 6 cauldron à partir des sources, ça s’installe relativement facilement et ça se configure tout aussi facilement. Il faut bien sûr disposer d’un DVD d’installation de windows avec sa licence, étant allergique aux dernières versions à brique, je suis resté à windows 7. Aussi incroyable que ça puisse paraître on arrive donc à installer windows dans une fenêtre. Puis à le lancer de manière tout à fait naturel dans une session linux.

Ça nécessite bien sûr un peu de puissance, mais quand on n’est pas un joueur, ça le fait sans soucis.

Tutoriel vidéo kdenlive

J’avais fait il y a quelque temps un tutoriel vidéo de kdenlive qui a eu un certain succès. Cependant il a 5 ans et il était temps de le mettre au gout du jour. Voici donc mon dernier tutoriel vidéo de kdenlive.

c’est réalisé avec la version 16.08.2 sous mageia 6 cauldron. Au menu de ce tutoriel présentation de l’interface, des menus, import des fichiers multimedia, montage vidéo, transition, effets vidéos, proxy clip, titre, image clés et rendu du fichier final.

kdenlive 16.08.2 en action

Maintenant que j’ai enfin une version stabilisée de kdenlive 16.08.2 (cf. l’épisode précédent), c’est ma fille qui s’en est servie pour sa dernière création.

Le tout a été tourné pendant nos vacances du mois d’août dernier au Portugal et en Espagne. Pêle-mêle on peut trouver des vues d’Andorre, du Portugal (Lisbonne, la plage de Doniños et la cave Taylor’s à Porto) et d’Espagne (Madrid, Santander, le massif montagneux de Picos de Europa dans les Asturies et  la Corogne).

Passage à Mageia 6 Cauldron

Récemment j’avais évoqué dans un post mon passage aux logiciels de montage vidéo sous linux OpenShot Video Editor 2.1 et kdenlive 16.08.1. Il s’avère en fait que ça marchait quand même pas très bien, hyper lent voire inutilisable pour le premier et aucune sortie vidéo pour le second ! J’avais laissé tomber pour OpenShot  et j’ai dû me résoudre à downgrader kdenlive. Je suis persuadé que mes soucis viennent de versions boguées des packages de KDE Framework 5 (KF5) de ma Mageia 5 que j’avais installés pour pouvoir utiliser les versions récentes de kdenlive qui ne fonctionnent que sous KF5 (cf. ce post). Pied au mur même si je n’aime pas du tout utiliser une version instable, j’ai fait une mise à jour vers Mageia 6 Cauldron. C’est assez simple à faire, on supprime d’abord tous les dépôts de la Mageia 5:

urpmi.removemedia -a

on rajoute ceux de la Mageia 6

urpmi.addmedia –distrib –mirrorlist ‘http://mirrors.mageia.org/api/mageia.6.$ARCH.list’

on fait une simulation d’installation en tapant

urpmi –replacefiles –auto-update –auto –download-all –test

s’il n’y a pas d’erreur, on lance alors la commande suivante

urpmi –replacefiles –auto-update –auto –download-all

et là surprise, tout a à l’air de fonctionner, l’authentification par serveur LDAP, l’automontage, l’imprimante Canon Pixma IP3600, le scanner Epson perfection v30, la tablette XL ThinLine (voir par ) et tout le reste. J’étais resté sur le souvenir de mise à jour désastreuse avec la Mandrake. Du coup pour les changements de version, je partais toujours d’une install « vierge » en conservant juste les partitions de données. J’ai toutefois un peu galéré pour refaire fonctionner ma batterie de logiciels multimédia car mon PC est avant tout une station de montage vidéo. Il faut dire que j’avais gardé les répertoires des binaires et bibliothèques de ma Mageia 5 sous /usr/local/bin et /usr/local/lib. La Mageia 6 m’avait installé les headers de ffmpeg et autres bibliothèques qui rentraient en conflit avec mes propres installations avec les sources. Au final melt me renvoyait un segmentation fault et kdenlive plantait. J’ai bien tenté d’installer le package mlt de la Mageia, kdenlive fonctionne bien, mais il est toutefois dommage qu’il y ait un tas de fonctionnalités qui ne soient pas compilées de base. On s’étonne ensuite que les gens se plaignent qu’il y ait un tas de fonctions qui ne marchent pas sous kdenlive ensuite. Je ne pouvais donc pas rester en l’état.

J’ai supprimé tout ce qu’il y avait sous /usr/local et j’ai recommencé à zéro à tout recompiler, j’ai pris soin également de supprimer des headers comme ceux de ffmpeg (avec parfois l’option –nodeps de rpm). En prenant ces précautions kdenlive 16.08.2 marche sans problème, pour OpenShot Video Editor j’ai encore un soucis d’interfaçage avec blender qu’il ne trouve pas. Quelques logiciels m’ont posé pas mal de soucis comme l’outil de montage vidéo cinelerra, d’animation 2D SynfigStudio, et lecteur audio/gestionnaire bibliothèque audio Clementine mais grosso modo tout refonctionne à nouveau.

Il y a encore quelques détails gênants qui ne fonctionnent pas correctement ou pas du tout

  • le copier/coller à partir de ou vers un shell avec vi ne fonctionne pas, c’est super pénible
  • le vidage de ma GoPro ne fonctionne plus par USB, j’ai droit à une erreur d’entrée/sortie systématique, je suis obligé d’enlever ma carte microSD pour la mettre dans un adaptateur SD
  • il y a du franglais un peu partout
  • pas moyen de mettre les faces icônes avec le gestionnaire de connexion SDDM

Mais bon globalement, quitte à me répéter, ça marche plutôt bien et ça augure d’une excellente mouture de Mageia. Il reste toutefois du travail dans les détails de finition.

J’ai mis à jour mon site funix, et en particulier les pages suivantes, ça vous donnera une idée des modifications à apporter pour les installer sous Mageia 6.

– page outils de base pour la vidéo, passage à x264-snapshot-20161007-2245, x265 2.1, et OpenCV 3.1.0 et ffmpeg 3.1.4, suppression de libfame, mjpegtools, libquicktime et libaac devenus obsolètes
– page transcodage vidéo, passage à avidemux 2.6.14, HandBrake 0.10.5
– page conteneur vidéo, passage à libmatroska 1.4.5 et mkvtoolnix 9.5.0
– page lecteur vidéo, passage à libdvdread 5.0.3, vlc 2.2.4 et MPlayer 1.3.0
– page montage vidéo, passage à kdenlive 16.08.2, LiVES 2.8.0, OpenShot Video 2.1 et blender 2.78
– page outils multimedia pour mediacenter, passage à audacious 3.8 et kodi 16.1

Les têtes brûlées

Étant gosse et de la génération Casimir, je ne ratais pas un épisode de la série américaine des têtes brûlées (Baa Baa blacksheep en anglais) qui relate de manière plus ou moins fidèle les exploits dans le Pacifique de l’escadrille VMF214 avec à sa tête l’as Gregory Boyington durant la seconde guerre mondiale. Cette série fut tournée dans les années 70 avec 8 Vought Corsair F4U de diverses origines et types différents. Je suis tombé sur cet excellent article qui retrace l’histoire de ces Corsair jusqu’à aujourd’hui. On y parle également des différents (vrais) pilotes de la série.

Désolé c’est en anglais, mais ça vaut le coup de s’y attarder, on y apprend que 2 exemplaires font partie d’une série tardive de Corsair réalisée pour l’aéronavale française, le F4U-7 avec une cellule d’AU-1 et un moteur de F4U-4. 94 exemplaires furent fournis à l’aéronavale à partir de 1952, le dernier exemplaire livré début 1953 est le dernier Corsair construit par Vought.

F4U-7 133704  lors d'une porte ouverte sur la base aéronavale d'Hyères
F4U-7 133704 lors d’une porte ouverte sur la base aéronavale d’Hyères

Contrairement à ce qui est marqué sur le site de warbirds news, les 2 exemplaires de F4U-7 (Bu.No. 133693 et 133710) n’ont pas pu participé à la guerre d’Indochine puisque le cessez le feu est signé en juillet 1954. Il est toutefois attesté que les flottilles 12F et 15F furent dotées de F4U-7 à partir de 1955 avant de quitter définitivement l’Indochine à la fin de cette même année. Les seuls Corsair français qui connurent le feu sur place et furent même engagés sur Diên Biên Phu sont des modèles AU-1. Les F4U-7 connurent toutefois le feu lors de la guerre d’Algérie et de tentative de reconquête du canal de Suez lors de l’opération mousquetaire en 1956.

Les F4U-7 furent réformés en 1964, les pilotes passèrent sans transition au Vought F8E-FN Crusader. Quelques rares ont échappé aux ferrailleurs, d’après cette liste de Corsair survivants, il en existerait seulement 2 aujourd’hui, le 133693 ayant été détruit en 1987. Il faut cependant se méfier de cette liste car certains exemplaires ont changé entretemps de type et de numéro de série (BuNo). Par exemple cette liste cite le F4U-7 BuNo 133704 qui est actuellement exposé en statique au musée aéronautique de San Diego aux États Unis. J’avais eu l’occasion de le voir lors d’une  porte ouverte sur la base aéronavale de Hyères (photo plus haut) à l’époque il était en état de vol et enregistré dans le registre français F-AZYS.  Il s’avère qu’il est de type F4U-5NL et son véritable numéro de série est le 125541.

Randonnée senda del Cares dans les montagnes Picos de Europa

Dernièrement dans un post pour me plaindre des piètres performances de mon GPS TomTom j’avais évoqué un séjour estival en Espagne et en Portugal qui ferait l’objet de plusieurs articles. Voici donc le premier article qui a pour thème une randonnée dans le massif montagneux Picos de Europa tout au nord de l’Espagne et qui couvrent trois provinces, la Cantabrie, le León et les Asturies. Ce massif montagneux, aussi appelé cordillère Cantabrique,  longe la mer à à peine une trentaine de kilomètres et culmine à 2648m d’altitude. La région étant plutôt arrosée, les paysages verts, boisés et montagneux font douter un moment que l’on se trouve en Espagne !

Dans ce massif, on trouve donc le sentier du Cares qui surplombe la rivière Cares et longe un canal toujours actif construit au début du XXeme siècle. Ce canal a la particularité d’être enterré sur une grande partie de sa longueur. La randonnée sur ce sentier est l’une des plus réputées de la région, le chemin est étroit, très étroit même parfois, avec des falaises et des à pics vertigineux. Voilà une courte vidéo avec quelques vues prises avec ma GoPro qui donnent une assez bonne idée du côté spectaculaire de cette randonnée.

C’est une randonnée pas bien difficile pour un randonneur expérimenté, longue de 12 km aller-retour, elle est donnée pour 6 à 8h de marche au total. Mon GPS m’indique que la randonnée a duré au total 7h24 dont seulement 4h15 en marchant au pas de course ! Bien qu’on soit entouré d’eau avec la rivière qui coule en contrebas et l’eau du canal, il y a assez peu d’opportunités d’en profiter, le paysage est quand même globalement sec et peu boisé avec donc peu d’ombre, il vaut mieux partir bien chargé en eau.

2016-08-01-trace-gps-senda-del-caresLa trace GPS au format gpx peut être téléchargée ici. Le petit inconvénient de la randonnée est que ce n’est pas un boucle, il faudra revenir sur ses pas au retour. Il y a donc 2 alternatives de départ pour cette randonnée, mais le mieux est certainement de partir de Poncebos pour arriver à Caín. En effet on commence ainsi par le plus dur par une belle ascension avec un terrain assez cassant, puis ensuite c’est vraiment du gâteau avec une pente, puis sur les 2/3 c’est quasiment le même niveau. Les passages les plus spectaculaires avec le sentier creusé dans la roche sont en fin de randonnée.

Continuer la lecture de Randonnée senda del Cares dans les montagnes Picos de Europa

FlashPlayer est bloqué sur votre ordinateur

je me suis retrouvé du jour au lendemain avec le message « FlashPlayer est bloqué sur votre ordinateur » en utilisant firefox (version 49.0.1) sur des sites comme deezer, alors que j’utilisais freshplayer jusqu’à présent sans problème particulier.

J’avais rédigé il y a quelques temps un post pour l’installation de freshplayer qui est une alternative au plugin d’Adobe et qui se base sur  google chrome. L’installation diffère quelque peu, les étapes à suivre sont les suivantes pour que tout retombe en marche.

On installe tout d’abord le compilateur ragel, ainsi que la dernière version de google-chrome, comme explicité dans le post cité plus haut. Puis on récupère la dernière version de freshplayer en tapant

git clone https://github.com/i-rinat/freshplayerplugin

dans le répertoire freshplayerplugin on tape maintenant

mkdir build
cd build
cmake ..
make

puis en tant que root on déplace le plugin dans le répertoire de plugins de firefox

cp libfreshwrapper-flashplayer.so /usr/lib64/mozilla/plugin

on fera attention de supprimer tous les anciens plugins flash à cet endroit (libfreshwrapper-pepperflash.so ou libflashplayer.so notamment). Maintenant sur le site d’adobe on va récupérer la dernière version 23 libpepflashplayer.so qu’on placera sous

/opt/google/chrome/PepperFlash

J’ai dû préalablement créer le répertoire PepperFlash. On relance firefox et en se rendant sur cette page on voit qu’on utilise la version 23.0.0.185 du plugin. En regardant dans le gestionnaire de modules complémentaires de firefox, on voit qu’on utilise la version 13.1 de Shockwave Flash.

OpenShot Video 2.1

J’ai installé la dernière version du logiciel de montage vidéo sous linux OpenShot Video 2.1.0. Honnêtement je n’ai pas trop vu la révolution par rapport à la dernière version 1.4.3, ça reste assez basique et avec beaucoup moins de fonctionnalités que la référence sous linux kdenlive. L’installation sur ma mageia 5 à partir des sources et assez ardu, d’autant qu’il faut installer également la dernière version du logiciel de manipulation 3D blender.

Il faut que j’aille plus loin dans son utilisation, mais je rencontre des problèmes de lenteur qui m’étonne sur mon i7. Tant qu’à faire j’ai installé la dernière version des bibliothèques vidéo standards sous linux, OpenCV 3.1.0, ffmpeg 3.1.4, ainsi que kdenlive 16.08.1. Malheureusement je n’ai aucune sortie vidéo ! J’ai beau installé les dernières versions en développement de mlt et frei0r, c’est pareil. Finalement j’ai du downgrader avec la version 16.04.0.

Du coup j’ai mis à jour mon site funix avec les modifications suivantes:

– page outils de base pour la vidéo, passage à x264-snapshot-20161007-2245, x265 2.1, et OpenCV 3.1.0 et ffmpeg 3.1.4
– page transcodage vidéo, passage à avidemux 2.6.14 et HandBrake 0.10.5
– page conteneur vidéo, passage à libmatroska 1.4.5 et mkvtoolnix 9.4.2
– page lecteur vidéo, passage à libdvdread 5.0.3, vlc 2.2.4 et MPlayer 1.3.0
– page montage vidéo, passage à kdenlive 16.08.1, LiVES 2.8.0, OpenShot Video 2.1 et blender 2.78

– page outils multimedia pour mediacenter, passage à audacious 3.8 et kodi 16.1

Régate coupe des tas de pois

Régate de la coupe des tas de pois aujourd’hui organisée par le groupement des croiseurs de l’Iroise, sur le voilier Tradition Bretagne on a plutôt fait bonne figure, 2eme au scratch de notre catégorie après avoir longtemps mené, on attend maintenant de connaître le classement sur tapis vert après prise en compte de l’handicap (rating).

On est sorti du goulet de Brest sous spi, au niveau de la tourelle du Mengam, on a fait une rencontre insolite. Un goéland qui tournoyait sur un point précis a attiré notre attention, il tournait autour d’un phoque qui dégustait tranquillement une vieille (le poisson !).

16-10-09-phoque-vieilleaprès le Mengam, on tourne toujours sous spi autour de la bouée de Swansea, virement de bord autour de la bouée de Charles Martel, puis on trace sous spi vers le trépied en direction des tas de pois puis retour dans le goulet au près jusqu’à l’arrivée près de la bouée rade 4.

2016-10-09-gps-regate-coupe-tas-pois29 nautiques parcourus en presque 5h.