Régate du dimanche

On a fait, madame et moi, notre première régate, la coupe du Portzic organisée par l’APSAP. On a parcouru pas loin de 62km de navigation au départ des bouées devant le port de commerce, jusqu’à la bouée du Renard, puis la Pénoupèle, la Charles Martel, la Swansea vale, puis retour sur la Pénoupèle. Un parcours de 5h30 temps de régate, majoré d’une heure le temps de rallier la ligne de départ et de revenir. Voilà ce que ça donne niveau traces GPS :
regate-14-9-14Au retour on a fait du rase cailloux au plus près de la presqu’île de Crozon pour bénéficier d’un courant favorable, ça a permis de voir de près les ouvrages de défense érigés par Vauban au XVIIème siècle, notamment le fort des capucins et la batterie basse de Cornouaille.

batterie-basse

Par rapport à un J80 ce n’est pas fondamentalement différent si ce n’est le spi symétrique qui est plus complexe à mettre en position et que le nombre d’équipiers est plus conséquent, chacun avec un rôle bien défini. Sur la photo suivante, je suis à l’écoute de spi :
regate-14-9-14
Une excellente expérience qu’on compte bien renouveler.

Balade VTT autour de la baie de Guisseny

Voilà une balade sympathique et facile en bord de mer avec très peu de route qui permet de parcourir la zone marécageuse du Palud dont la frontière est matérialisée par la digue du Curnic puis de faire le tour de la magnifique baie de Guisseny avec ses belles plages de sable blanc et fin.

Olivier_Hoarau_baie-guissenyAu départ de la plage du Vougot on bifurque vers le palud au travers de piste qui traverse cette zone de marécage, on termine en longeant l’étang du Curnic puis on rejoint le GR34 qui longe la baie. Certes ce n’est en théorie pas praticable en vélo, mais il suffit de le pousser et ça permet de longer de belles plages de sable fin.

Olivier_Hoarau_digue-curnicAu total 25km de parcours facile, très majoritairement de la piste ou des chemins.

Voilà la trace GPS et le fichier gpx qui va avec.

tracegps-14-08-23

Attaques de requins à la réunion : l’enquête

Excellent reportage hier soir sur Arte de Rémy Tézier sur ce qu’on surnomme « la crise requins » à la Réunion. Il dresse un état des lieux de la situation et tente de trouver les causes de l’augmentation spectaculaire ces dernières années des attaques de requins à la Réunion qui fait que cette île est devenue l’endroit au monde où le risque d’attaques de requins est le plus fort. Objectif, pas de partis pris, les différents acteurs sont interviewés, surfeurs, politiques, scientifiques, pêcheurs sans que le journaliste pointe un coupable particulier pour un phénomène qui a sûrement des causes multiples et l’homme et son activité n’y est sûrement pas étranger. Le reportage vaut également pour les témoignages poignants de deux survivants d’attaque qui se retrouvent maintenant mutilés en étant passés à deux doigts de la mort. Le reportage est visible par ici en replay.

Lors de mes dernières vacances à la Réunion l’été dernier, j’ai été attristé de voir l’ensemble des surfshops le long du front de mer fermés, désaffectés, les plages désertées alors que des superbes rouleaux déroulent longuement. C’est une calamité pour l’économie locale et notamment celle tournée vers la mer, les restaurateurs et hôteliers en souffrent également. Physiquement ce ne sont pas les seuls surfeurs qui sont touchés, lors de notre séjour une fille s’est fait attaquée à quelques mètres du bord alors qu’elle avait pied ! Et dire que je me suis baigné et que j’ai fait du bodyboard dans la plupart des sites qui ont subi des attaques, dont Boucan Canot, les Roches Noires et la superbe vague de Saint Leu (réputée pour être la plus belle de l’océan Indien). Je me suis bien gardé cette fois-ci de me baigner en dehors du lagon. Avec les centaines de requins de toutes les espèces que j’ai pu voir en plongée et en apnée en Polynésie et ailleurs, bien plus gros que ceux de la Réunion, on peut s’étonner d’une telle agressivité et opportunité pour des requins dont « traditionnellement » l’homme n’est pas le met préféré. Le plus triste dans cette histoire et que ça a créé des clivages dans l’île entre les réunionnais de souche et tous les métropolitains qui s’y sont installés et qui ont amené avec eux la culture de la mer et des sports nautiques qui n’est pas intrinsèquement dans la culture réunionnaise très tournée vers la terre.

Requin pointe blanche de récif qui me tourne le dos à Rangiroa

Ce reportage n’a pas beaucoup plu à la Réunion, forcément ce n’est pas bon pour le tourisme, mais fort heureusement l’île a bien d’autres attraits et notamment l’intérieur de l’île montagneux et sauvage magnifique, c’est le paradis de la randonnée et du canyoning.

Quelques liens sur ce blog sur les randonnées de la Réunion pour vous donnez néanmoins envie :

Zoo Parc de Beauval

Lors de mon périple estival je suis passé par le zoo parc de Beauval à Saint Aignan dans le Loir et Cher, en fait il faut bien plus que passer mais prévoir du temps car c’est un des plus grands zoo de France avec ses 30 hectares. Il est surtout connu pour être le seul endroit en France à abriter des grands pandas géants, on peut y voir également un couple de panda roux qui est le symbole de mozilla firefox et contrairement à ce qu’on pourrait penser ce n’est pas un renard même si les chinois l’appellent le renard de feu. On peut voir aussi un tigre blanc, des lamantins et quelques autres espèces assez rares.

Panda roux Roméo

Pour la première fois cette année, on a pu assister à un spectacle d’oiseaux, les maitres des airs, tel qu’il se pratique également au Puy du fou. Honnêtement, j’ai préféré le spectacle de Beauval, le site est plus sympa et nettement plus vaste (3 hectares), on se sent moins entassé qu’au Puy du fou. Je me suis idéalement placé près d’un endroit où les rapaces se posent et j’ai suivi les évolutions avec ma GoPro, vu la rapidité il aurait fallu filmer avec bien plus d’images par seconde ce que je ne peux pas faire avec mon HD3 silver.

Au final 10 heures de visite qui se sont terminées par le repas des fauves vers 19h30, on comprend mieux quand on voit l’excitation des engins à ce moment là qu’on n’a pas intérêt à tomber entre leurs griffes quand ils ont faim (ou pas). Pour résumer tout ça on pourra trouver une sélection de photo dans la galerie par ici et une petite vidéo où on peut voir évoluer les pandas Huan Huan (la femelle) et Yuan Zi (le mâle) et quelques séquences du spectacle des oiseaux.

Week end en Normandie

De retour d’un long week end en Normandie qui a été l’occasion de découvrir « en vrai » les sites du débarquement du 6 juin 1944. Ils se trouvent dans un rayon d’une cinquantaine de km et on peut les parcourir en quelques jours. On a pu ainsi voir:

  • Sainte Mère l’Eglise et le airborne museum où on peut découvrir un authentique planeur Waco « dans son jus » avec sa structure métallique entoilée qui mérite à lui seul le détour.
  • Utah Beach et son musée du débarquement avec un très rare Martin B26 Marauder magnifiquement restauré.
  • Omaha Beach qui est une fort jolie plage, difficile d’imaginer la boucherie que ça a pu être il y a 70 ans.
  • Arromanches et les restes du port artificiel
  • Pegasus bridge et son musée
Sherman devant le airborne Museum

Pour diversifier la visite, un tour vers Bayeux s’impose pour aller voir la tapisserie qui n’en est pas une. Quel choc, c’est prodigieux, difficile de croire que ce bout d’étoffe de 70m de long a quasiment 1000 ans et a pu traverser les vicissitudes de l’histoire en restant intact. La cathédrale Notre Dame est également splendide, à voir notamment la crypte avec des peintures remarquables qui datent du XVeme siècle. Ne pas rater les illuminations le soir sur le platane place de la liberté à côté de la cathédrale à la nuit tombée qui ont l’originalité de ne pas être projetées sur la façade d’un bâtiment mais d’être à 360° autour de l’arbre.

Illumination du platane devant la cathédrale Notre Dame de Bayeux

D’autres photos sur la galerie par ici.

 

Convertir un fichier pdf en txt

Il n’y a rien de plus frustrant d’avoir un fichier pdf et de ne pas pouvoir faire un copier coller dans un traitement de texte pour vous éviter une ressaisie laborieuse. J’ai trouvé la solution sous linux avec tesseract qui permet d’obtenir un fichier txt à partir d’un fichier pdf qui peut compter plusieurs pages. J’avais déjà présenté tesseract dans un article précédent pour faire de la reconnaissance de caractère à partir d’un scanner.

Il faut tout d’abord installer tesseract, je vous conseille de l’installer à partir des sources pour bénéficier de la dernière version et du package de langue française, le site officiel est par ici. Il faudra installer préalablement leptonica qui fournit un ensemble d’outils pour le traitement et l’analyse d’images ainsi qu’ImageMagick qu’on trouvera sur la plupart des distributions linux.

Pour le reste j’ai récupéré le script suivant à cette adresse.

#!/bin/bash
SCRIPT_NAME=`basename « $0″ .sh`
TMP_DIR=${SCRIPT_NAME}-tmp
OUTPUT_FILE=${SCRIPT_NAME}-output.txt

mkdir $TMP_DIR
cp $@ $TMP_DIR
cd $TMP_DIR

pdftoppm -r 600 * ocrbook

for i in *.ppm
do
BASE=`basename « $i » .ppm`
convert « $i » « ${BASE}.tif »
tesseract « ${BASE}.tif » « ${BASE} » -l fra
cat ${BASE}.txt | tee -a $OUTPUT_FILE
echo « [pagebreak] » | tee -a $OUTPUT_FILE
rm ${BASE}.*
done

mv $OUTPUT_FILE ..
rm *
cd ..
rmdir $TMP_DIR

Je l’ai appelé pdf2txt, il suffit de le lancer en tapant pdf2txt fichier.pdf et ça donne un résultat assez satisfaisant dans un fichier pdf2txt-output.txt.

Mont saint Michel

Pour mes galeries photos, je me suis débarrassé de Nextgen Gallery 1.9.13 vu qu’il n’y avait aucune moyen d’upgrader vers les versions 2.0.X et aucun effort n’est fait de la part des développeurs pour que ça change. Jusqu’à présent ça ne posait pas de problème mais avec les toutes dernières versions de wordpress, rien n’allait plus pour rajouter des galeries et photos. Du coup j’ai installé à la place un fork de la version 1.9.13, NextCellent Gallery qui assure a minima la compatibilité avec les différentes évolutions de wordpress. Maintenant j’espère que ce plugin sera maintenu.

Pour illustrer tout cela, j’ai rajouté une galerie de photos du mont Saint Michel suite à une visite sur place le week end dernier entre deux coups d’orage. Ca se passe par ici. Et voilà quelques photos pour vous donner envie d’aller faire un tour.

Une photo de nuit plutôt moyenne vu que je n’avais pas de pied.

Mont saint Michel la nuit

Les brebis et leurs agneaux qui s’en vont au pré devant le mont Saint Michel.

Troupeau de brebis et d'agneaux

Il faut impérativement visiter l’abbaye qui est quand même le clou, la merveille, du mont saint Michel, certes il y a pas mal d’attente et ça coute 9€ par adulte, mais ça les vaut très largement, ce serait dommage de s’arrêter à tous les marchés du temple hors de prix qu’on trouve dans la rue principale bondée de touristes et de ne retenir que ça de la visite du mont.

Tant qu’à faire je vais en profiter pour faire de la pub pour la chambre d’hôte Farcy qui permet d’aller au mont saint Michel à pied, ça permet d’économiser une douzaine d’euros de parking. C’est une chambre d’hôte économique, simple, mais avec tout ce qu’il faut chez un éleveur de brebis et d’agneaux, on peut donc même assister aux activités de la ferme.

Je vous déconseille par contre les navettes (gratuites) qui relient le parking au mont saint Michel, dès que la température dépasse les 20°, il fait 50° à l’intérieur et c’est bondé comme le métro aux heures de pointes, c’est nettement plus sympa d’y aller à pied.

Caméscope

Je fais régulièrement de la vidéo notamment pour filmer ma gamine qui fait de la compet de gymnastique (sa chaine youtube), pour cela j’utilise le mode vidéo de mon bridge nikon coolpix p510. L’image est fullHD et la qualité est vraiment au rendez vous au même niveau que ma GoPro HD3, il souffre cependant d’un gros défaut, quand je filme si je veux jouer sur le zoom, bien souvent il perd la mise au point et il est incapable de la retrouver, avec le petit écran je suis incapable de me rendre compte que la mise au point n’est pas correcte et je me retrouve avec une image pas nette. Au final, quand je filme, il ne faut surtout pas que j’utilise le zoom, ou alors il faut couper l’enregistrement, ajuster le zoom et relancer l’enregistrement. C’est quand même une sacré contrainte. Du coup je me suis lancé dans la recherche d’un caméscope, car après tout autant acheter un appareil spécialisé, j’ai acheté un panasonic Hc-V130 qui me semblait d’un très bon rapport qualité prix et qui avait de très bonnes critiques de la part d’utilisateur et de sites et magazines spécialisés. Le jour même de l’achat je l’ai testé et quelle déception ! Dès qu’on fait un mouvement, ça pixellise à mort, c’est une horreur ! Voilà ce que ça donne avec un simple mouvement par exemple.

flou-pourri

Avec mon nikon coolpix en mouvement l’image reste nickel, c’est également bien sûr le cas avec une GoPro qui est à la base une caméra d’action. Je ne comprends pas qu’un caméscope, normalement spécialisé dans la vidéo, puisse donner de résultats aussi nuls. Du coup dans la foulée je l’ai rendu et je me suis fait rembourser, il en reste pas moins que je suis toujours à la recherche d’un moyen pour prendre des vidéos fullHD qui ne dégrade pas l’image en zoomant ou dans les mouvements, dans l’idéal un moyen qui aurait la qualité vidéo d’une GoPro mais avec un zoom, je suis preneur de conseils.

Galerie photo Sénégal

Je viens de créer une page de photos issus d’un court séjour au Sénégal en 2011 avec quelques photos de pêcheurs sur la plage de Yoff et de l’île de Gorée. Pas de photos de Dakar car dès qu’on se retrouve dans la rue on est immédiatement catalogué comme un portefeuille sur pattes et on est littéralement assailli par une nuée de vendeurs à la sauvette. Il ne vous reste plus qu’à vous réfugier au bord de la piscine d’un hôtel.

Concernant l’île de Gorée, elle est présentée comme le symbole de l’esclavage avec des centaines de milliers au bas mot d’esclaves qui ont transité par là avant leur long voyage vers le continent américain ou les îles antillaises. Dans les faits à peine quelques milliers d’esclaves ont transité par cette île, mais le mythe est savamment maintenu pour entretenir un commerce local fort lucratif. Mise à part cela, l’île a certains attraits touristiques comme les photos peuvent le montrer, elle héberge notamment de nombreux artistes. On ne l’imagine sans doute pas, elle se présente comme une immense fortification, avec des batteries, des bunkers de partout et le tout est encore aménagé avec des canons, les chambres à munitions et tout l’attirail pour alimenter les dits canons.

Pêcheurs plage de Yoff

Pêcheurs plage de Yoff

J’ai créé cette galerie avec le module intégré à WordPress en laissant tomber nextGEN Gallery, ça reste quand même très sommaire par rapport à ce dernier.

Système anti rotation pour caméra GoPro

J’utilise la fixation surf mount pour ma caméra GoPro sur le nez de mes flotteurs de planche à voile. Comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, comme la colle d’origine n’est pas suffisamment efficace sur une surface non place et abrasive, j’ai chargé tout autour de la fixation avec du mastic pour réparer les coques de bateau en plastique. Ce n’est pas esthétique, mais ça tient.

Niveau vue, voilà ce que ça donne, c’est un angle plutôt sympa.

Néanmoins cette fixation a un gros inconvénient. Il n’y a rien de plus pénible que de constater qu’à chaque fois que je balance le moindre saut, la caméra pique du nez et qu’il faille tomber à l’eau pour la redresser, du coup j’utilise assez peu cette configuration. J’ai beau bien serré la vis, c’est le même résultat et je ne souhaite pas y aller avec un tournevis car je risque de casser les pattes de fixation du boîtier. Pour y remédier J’ai repéré une astuce en mettant du vernis à ongle, et une autre par ici où il y a quand même un peu trop de bricolage. Finalement je suis parti sur mon propre bricolage.

anti-rotation-gopro-1Les éléments qui constituent cette fixation sont:

  • une vis M5 de 5,7cm qui est plus longue de celle d’origine (4,7cm), je l’ai récupérée d’une fixation roll bar mount dont j’ai perdu un des éléments et qui ne me sert plus.
  • 4 rondelles de 13mm de diamètre avec une épaisseur pour chacun de 1mm.
  • une pièce métallique de la forme d’un triangle équilatéral découpée à la scie à métaux dans un plat d’aluminium de dimensions approximatives de 3cm de côté et 2mm d’épaisseur. L’angle que forme cette pièce donne l’orientation de la caméra, il est adapté à mon utilisation sur un flotteur de planche à voile. Elle est rembourrée côté caméra de scotch duct tape pour ne pas l’abimer, elle est percée à la perceuse pour permettre le passage de la vis. J’ai bricolé cette pièce à partir d’un patron en papier.
  • une fixation classique et le support noir de la vis.
  • et bien sûr pour terminer, le boîtier avec sa caméra.

Et voilà ce que ça donne une fois que l’ensemble est montée:

anti-rotation-gopro-2Une vis classique est trop courte, c’est pour ça qu’il faut utiliser une vis plus longue, les rondelles servent à rattraper la longueur de manière à ce que le corps noir qui protège la vis repose bien sur les rondelles et celles-ci sur le triangle anti rotation pour éliminer tout jeu. Maintenant il ne me reste plus qu’à tester tout ça !