Navfree, OpenStreetMap et TomTom

Je reviens d’un long périple à travers l’Espagne et le Portugal qui fera l’objet d’autres articles, avec dans l’ordre chronologique des étapes de plusieurs jours en Cantabrie, Galice, Porto, Lisbonne, Madrid et Andorre. Pour me guider en voiture j’utilisais mon TomTom Via 135 qui s’est révélé très décevant pour plusieurs raisons. Tout d’abord bien que lui ayant interdit les chemins de traverses non bitumés, il m’a envoyé dans des petites routes accessibles seulement aux 4×4, aux voitures format Smart ou aux deux à la fois, ce qui m’a conduit à faire demi tour et à perdre bien plus de temps que ces raccourcis étaient censés me faire gagner. J’y ai laissé la prise de mon attache remorque en prenant une petite route qui m’a conduit à racler l’arrière de la voiture. Par ailleurs en montagne et en ville, il était quasi inutilisable incapable d’accrocher quoi que ce soit. Pour terminer, certains lieux n’étaient pas référencés, comme des lieux dits au fin fond de la principauté d’Andorre et donc impossible de se servir du GPS à moins de prendre comme destination un site voisin. Bref, mis à part les grands axes, je n’ai pas trop pu compter sur lui pour me guider.

Dans le même temps j’ai installé sur une tablette bas coût Lenovo (Lenovo Pad Tab 2 A7-10F) dotée d’un GPS embarqué navfree qu’on trouvera aisément sur le google store android. C’est une application de cartographie et de navigation qui marche aussi bien en mode voiture qu’en mode piéton.  Elle utilise les cartes du projet openstreetmap, on trouvera les cartes pour les pays européens par .  A noter que ces cartes sont totalement libres et gratuites ou du moins dans les limites et le respect de la licence Creative Commons BY-SA-2.0.

En mode voiture la tablette fonctionne comme un GPS classique, par contre  il faut penser à saisir les adresses en mode connecté à internet, car en mode offline on ne peut pas le faire. A part ça, il a remarquablement bien fonctionné en montagne et en ville alors que le TomTom était en carafe. En navigation dans les petites routes de campagne, j’ai vite laissé tomber le TomTom, navfree a toujours privilégié les grands axes et routes principales sans jamais m’envoyer sur des chemins tordus comme le TomTom a l’habitude de le faire. Pour terminer, j’ai pu constater que les cartes sont plus complètes et comprennent les lieux dits et autres sites.

navfreeCerise sur le gateau, navfree marche très bien en mode piéton et pour visiter une ville inconnue c’est un régal, un gain de temps considérable. Par contre je n’ai pas réussi à fixer sur la carte des points d’intérêts (comme des arrêts de bus, des sites à voir, …), ça m’aurait bien aidé, dommage mais ça doit être certainement possible !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vérification anti robot *