Tous les articles par Olivier Hoarau

Gopro Hero 8 Black

Je me suis décidé à échanger ma GoPro Hero 4 Black contre une Hero 8 Black dont autant dire un saut de plusieurs générations de GoPro. Les évolutions sont spectaculaires, outre le boîtier qui devient étanche sans caisson et l’écran tactile à l’arrière, la différence fondamentale vient de l’algorithme de stabilisation hypersmooth et justifie rien à qu’à lui seul l’investissement.

Ci-dessous quelques accessoires de la GoPro Hero 8, même si elle est considérée comme étanche, je reste quand même prudent et je l’utilise avec son caisson étanche, il faut dire qu’en planche à voile je peux chuter brutalement ou me faire brasser dans les vagues et donc exercer une pression excessive sur la GoPro. Du reste c’est une protection supplémentaire, comme la protection bleu en silicone que j’utilise en dehors de l’eau.

Pour en revenir à la stabilisation hypersmooth, les résultats sont bluffants et rendent tout stabilisateur totalement inutile. Dans la pratique l’algorithme va recadrer l’image en temps réel pour éviter les sautillements et autres vibrations, de fait on perd légèrement de champ visuel par rapport à la HD4 mais ça reste très acceptable.

Une petite vidéo vaut souvent bien mieux qu’un grand discours, voilà donc une comparaison HD4 Black, Hero 8 Black dans des conditions d’utilisation similaires en windsurf et en marche à pied.

Dans cette vidéo j’ai notamment fixé ma GoPro au wishbone, c’est assez hallucinant car on voit le wishbone bougeait dans tous les sens mais l’image reste parfaitement stable. Il faut s’imaginer qu’en réalité la GoPro suivait exactement les mêmes mouvements que le wishbone, c’est à dire totalement saccadés en fonction de l’état de mer et du vent dans la voile ! Pour la marche à pied, c’est tout aussi impressionnant on a vraiment l’impression de faire du travelling et d’être confortablement assis dans un fauteuil alors qu’on tient la GoPro à bout de bras.

Sinon j’apprécie également l’écran tactile à l’arrière qui rend la configuration particulièrement aisée, il n’entraîne pas une consommation supplémentaire excessive car il s’éteint assez rapidement. J’apprécie également le fait qu’on peut fixer la GoPro à l’envers et qu’il va orienter la vidéo correctement automatiquement sans manipulation particulière. Pour le reste des fonctionnalités je continue à découvrir.

Traiter ses photos en mode raw avec darktable

Je pratique la photo en grand amateur depuis des années, un aperçu est visible dans la galerie de ce site. Après avoir débuté avec un appareil photo argentique Konika, dont j’ai oublié aujourd’hui le nom du modèle et même le type, je suis passé au début des années 2000 à l’appareil photo numérique. Le premier était un Olympus C220Z, un modèle assez basique mais aux performances relativement standards à l’époque. C’est notamment avec cet appareil photo que j’ai pris mes photos lors de mon séjour en Polynésie. Vu le paysage et la lumière c’était quand même difficile de rater ses photos. Plus tard j’ai évolué vers un Sony Cyber-shot DSC-P73 et j’ai continué à monter en gamme graduellement en passant au bridge avec le FujiFilm finepix S2000HD et enfin le Nikon Coolpix p510. Côté traitement photo, sous GIMP je me contentais de retailler et de jouer avec la luminosité et le contraste, voire avec la balance des blancs et c’est à peu près tout. Mine de rien j’arrivais quand même à prendre des photos que j’estime plutôt sympas :

Rio de Janeiro vu du Corcovado

J’ai franchi un gap en passant au reflex, venant du monde Nikon, j’ai choisi naturellement un boîtier Nikon de moyenne gamme D5300. Les photos de mon compte Instagram dont un assortiment est visible ci contre sont principalement prises avec cet appareil. C’est clair que je me complique pas trop la vie avec les réglages, le mode sport est mon ami, car je fais principalement de l’animalier et de l’action. Côté traitement photo je suis resté aux bases sous GIMP.

Continuer la lecture de Traiter ses photos en mode raw avec darktable

Montage vidéo

Pas mal de nouveautés sur le front des logiciels de montage vidéo sous linux, jusqu’à présent j’utilisais Kdenlive mais ces derniers temps j’ai pu faire mes derniers montages avec OpenShot Video Editor qui est maintenant enfin pleinement opérationnel. Dans cet élan, j’ai testé Flowblade Movie Editor et Pitivi Video Editor qui sont deux autres logiciels de montage vidéo, le premier est grossièrement équivalent à Kdenlive alors que le dernier se destine plutôt aux débutants.

Flowblade Movie Editor

Devant cette pléthore de logiciel j’ai rédigé un comparatif de Kdenlive, Flowblade, OpenShot et Pitivi sur la base de plusieurs critères les plus objectifs possibles et après avoir passé quelques heures pour réaliser des vrais montages et pas seulement pour survoler les fonctions des uns et des autres. On pourrait résumer ce test avec ce tableau synthétique :

Continuer la lecture de Montage vidéo

Crise du COVID 19 à la Réunion

La crise du COVID 19 frappe également l’île de la Réunion, elle accentue les inégalités déjà marquées et met en exergue les dérives d’un système politique et économique dévoyé et corrompu qui profite à une minorité de privilégiés avec la passivité complice de la puissance publique.

Déjà que le niveau scolaire est particulièrement mauvais avec la moitié des jeunes qui sortent du système scolaire sans diplôme et un taux illettrisme record de 21% soit trois fois plus que la moyenne nationale, le ministre de l’éducation nationale nous apprend que le taux de décrochage scolaire attend les 15 à 25% outre mer à comparer avec les 4% en métropole. Avec un taux de chômage de 25%, un taux de pauvreté de 38% très supérieur à ce qu’on peut observer en métropole, une grande proportion des réunionnais ne survivent que grâce aux aides sociales. Cette grande précarité entraîne une exclusion numérique qui est davantage liée au faible niveau d’éducation qu’à l’accès à internet comme le montre cette étude de l’INSEE. Il est évident que cette crise va creuser davantage les inégalités en terme d’éducation.

Par ailleurs on découvre que la Réunion est sous dotée en structures d’accueil pour personnes âgées normalisées type EHPAD, elle en compte proportionnellement trois fois moins que la moyenne nationale. De fait les pensions dites “marrons”, par allusion aux esclaves marrons (fugitifs), prospèrent sur l’île. Ce sont des structures qui accueillent, moyennant finance évidemment, les personnes âgées en dehors de tout cadre légal, sans obéir à la moindre norme et vivent leur vie à l’écart de tout contrôle sanitaire et social ! On estime qu’il y en aurait une centaine sur l’île, les valeurs et l’entraide familiale intergénérationnelle se désagrégeant petit à petit, beaucoup de réunionnais n’ont aucun scrupule à placer leurs “gran’mouns” dans ces établissements qui ont pignon sur rue. Ils profitent d’une certaine complaisance de la puissance publique et de l’Agence Régionale de Santé locale, et ceci malgré les scandales retentissants qui défrayent régulièrement l’actualité locale. Ils illustrent malheureusement assez bien comment beaucoup de ces pensions marrons sont tenues et la maltraitance qui y règne. Cela illustre également bien la passivité complice de l’ARS local qui a jusqu’à présent totalement fermé les yeux sur le phénomène. Mais on ne pouvait pas attendre mieux de l’ARS qui s’est rendue complice du scandale de l’AURAR. Pour preuve dès 2018, l’ARS devait lancer une étude pour dresser un état des lieux des pensions marrons, fermer celles irrécupérables et accompagner les autres pour les mettre en conformité vis à vis de la loi. Depuis deux ans, même si un appel d’offre a été lancé, rien n’a été fait, cette incurie est d’autant plus scandaleuse en pleine crise COVID-19 car elle met en danger des populations.

On peut toutefois espérer que cette crise soit salvatrice et qu’une prise de conscience se fasse, d’un autre côté on peut également espérer que le virus épargne l’île, mais malheureusement dans ce cas on peut craindre que les choses continuent à suivre leur cours au grand dam de la majorité des réunionnais qui sont les dindons d’une vaste farce.

Pour aller plus loin, je vous renvoie vers mon mémoire sur les inégalités entre l’outre-mer et la métropole avec le cas particulier de la Réunion.

Mise à jour de mes pages LAMP

J’ai profité de cette période de confinement pour profondément toiletter mes pages LAMP, en d’autres termes c’est l’ensemble Linux+Apache+MySQL+PHP qui sert à faire tourner les pages web. Avoir un serveur web perso présente plusieurs intérêts, ça permet déjà de pouvoir tester ses pages web avant de les envoyer sur internet sur un autre serveur web hébergé sur internet, cela permet également de monter un serveur web qui pourra être accessible d’internet pour diverses applications. Une illustration de ces applications est donnée en fin de ce post.

Tout d’abord dans la page principale LAMP je présente l’installation d’Apache 2.4.41, de PHP 7.4.4 et, grande nouveauté, de MariaDB à la place de MySQL. Cela fait des années que je tournais avec un serveur MySQL, mais il est passé de mode après un changement de licence et de philosophie, remplacé par son fork MariaDB qui reste totalement libre. J’ai eu un peu de mal à l’installer à partir des sources, mais la migration de mes bases MySQL n’a pas posé de soucis, il faut dire que MariaDB assure une compatibilité avec MySQL. Cerise sur le gâteau, j’ai configuré une connexion chiffrée entre le client et le serveur MariaDB, même si la configuration de la connexion à partir de phpMyAdmin n’a pas été simple.

J’ai également mis à jour la page présentant l’installation d’un moteur de recherche, cela fait 15 ans que je ne l’avais pas mise à jour ! Jusqu’à présent je me basais sur Ht://Dig qui n’est plus maintenu depuis des lustres, je présente maintenant Hl://Dig qui n’est d’autre qu’un fork de Ht://Dig mais qui est toujours maintenu.

Pour terminer j’ai mis à jour la page qui présente les outils webalizer et awstats pour analyser les fichiers logs d’Apache, avec la nouvelle version de mon script qui me sert à récupérer les logs de mon serveur funix hébergé chez online.net et à les analyser et à les rendre accessible sur mon serveur web perso.

Et pour vous donner une illustration de ce qu’on peut faire avec un serveur web, voici une liste non exhaustive des applications de mon serveur web perso:

  • consultation des mails sur mon mobile à distance via le webmail Roundcube Mail, comme présenté ici,
  • synchronisation de mes contacts, de mon agenda et de mes fichiers via NextCloud, comme présenté ,
  • consultation à distance des images et vidéos d’une webcam configurée comme une caméra à détection de mouvement, comme présenté ici,
  • consultation de l’état de l’onduleur qui soutient électriquement mon serveur, présenté .

Randonnée de 3 jours à MAFATE sur l’île de la Réunion

Lors de mon dernier séjour à l’île de la Réunion en août dernier nous avons fait une randonnée de trois jours à l’intérieur du cirque de Mafate. C’était une boucle au départ du col des Bœufs qu’on atteint via le cirque de Salazie, on a laissé notre voiture au parking gardé et trois jours après on est revenu au même endroit. La première partie de la randonnée consiste à rejoindre Grand Place en passant par le sentier Scout. Le deuxième jour on a rejoint la Nouvelle en passant par Roche Plate. Puis le dernier jour on est remonté vers le col des Bœufs en passant par la passerelle Ethève en direction de l’îlet de Marla.

Cette randonnée s’est déroulée du 8 au 10 août 2019, donc à la saison “froide” et sèche. Dans la pratique le matin il fait effectivement assez frais (moins de 10°), rappelons que nous sommes en montagne à une altitude qui varie entre 1500 et 1000m d’altitude. En revanche on a eu un beau soleil et les températures montent assez vite (comme elles peuvent baisser brutalement en cas d’arrivée du brouillard…).

Elle représente un parcours de 38,2km au total, parcourus en en 20h24 (pauses comprises, hors temps d’arrêt dans les gites). Elle s’adresse à des randonneurs assez aguerris, le dénivelé cumulé qu’il soit positif ou négatif est assez prodigieux, certains passages sont particulièrement impressionnants et longent des précipices sans fond. La chaleur et l’absence d’ombre sur certaines portions du parcours nous a également mis à rude épreuve.

Voilà une vidéo qui résume la première partie de la randonnée, du col des Bœufs à Grand Place en passant par le sentier Scout.

Et pour aller plus loin une page qui décrit les détails de la randonnée. La deuxième journée se résume dans cette vidéo, il s’agissait de relier la Nouvelle au départ de Grand Place par Roche Plate.

Là aussi une page donnera tous les détails sur cette portion de randonnée qui était de loin la plus difficile. La dernière partie de portion, la plus facile, est visible dans cette dernière vidéo. C’est donc le trajet de la Nouvelle au col des Bœufs en passant par la passerelle Ethève.

On trouvera ici une page donnant les informations sur ce tronçon de randonnée.

A noter que toutes ces vidéos ont été montées en utilisant OpenShot Video Editor.

Installation d’un cloud personnel avec NextCloud

Jusqu’à présent j’utilisais OwnCloud pour synchroniser et stocker les informations (contacts téléphoniques notamment) de mon téléphone mobile. Le serveur n’est pas accessible d’internet et je synchronise en WIFI seulement à la maison, ce qui suffit à mon utilisation. A ce sujet j’avais rédigé ce post. Cela permet de ne pas dépendre d’un tiers qui est rarement de confiance comme Google (entre autres) pour stocker ses informations personnelles. Il se trouve qu’OwnCloud a dérivé petit à petit vers un produit commercial ce qui conduit à la création d’un fork appelé NextCloud. Aujourd’hui certaines fonctions ne sont présentes que dans la version payante d’OwnCloud alors qu’elle reste disponible dans NextCloud. De fait NextCloud semble s’imposer comme outil de Cloud et j’ai donc fait le choix de migrer d’OwnCloud à NextCloud.

A vrai dire je ne suis pas parti d’une migration de données même s’il existe des outils pour le faire. J’ai considéré que j’avais peu de données à migrer et que cela ne valait pas le coup d’autant qu’elles restaient stockées sur le téléphone et que je pouvais toujours peupler facilement la base à l’installation de NextCloud. Pour l’installation de NextCloud, rappelons qu’il faut disposer d’un serveur httpd avec PHP et un serveur de bases de donnée (autrement dit un serveur LAMP (Linux, Apache, MySQL/MariaDB et PHP)). Ensuite l’installation est assez simple, on peut se baser sur cette page. J’ai installé le package, qu’on récupèrera par , sous /var/www/nextcloud. On donnera la propriété du répertoire à l’utilisateur du process httpd tel que défini dans le fichier httpd.conf avec la commande chown.

chown -R daemon:daemon /var/www/nextcloud
Continuer la lecture de Installation d’un cloud personnel avec NextCloud

Randonnée Bras Rouge et OpenShot Video Editor

Je viens de terminer mon dernier montage avec la dernière version du logiciel de montage vidéo opensource OpenShot Video Editor. Pour la vidéo en elle même il s’agit d’une randonnée dans le cirque de Cilaos à la Réunion qui sort des sentiers battus (et des sentiers balisés, entretenus et référencés) dont l’objectif est un bassin avec un toboggan naturel qui vous invite à la baignade au bord d’une falaise dans un décor fabuleux.

Pour la randonnée je vous invite à en découvrir tous les détails dans cette page.

Pour en revenir au montage lui même, jusqu’à présent j’étais un fervent utilisateur de Kdenlive. Cependant en mettant à jour le tutoriel de la dernière version 2.5.1 d’OpenShot Video Editor que je venais d’installer, je me rends compte que d’énormes progrès ont été réalisés depuis les version 1.4.X et que ça valait le coup que je tente un montage pour pouvoir mieux le comparer à Kdenlive. Vous trouverez ci-après quelques points de comparaison entre les deux logiciels.

Continuer la lecture de Randonnée Bras Rouge et OpenShot Video Editor

Randonnée de Takamaka à l’île de la Réunion

La randonnée de Takamaka sur l’île de la Réunion se situe dans le coin de l’île où la pluviométrie est la plus intense. Elle se caractérise par une descente vertigineuse le long d’une paroi abrupte au moyen d’une vingtaine d’échelles au milieu d’une végétation luxuriante dans une atmosphère forcément plutôt humide même en saison sèche. On se prend 700 m de dénivelé pour atteindre le lit de la rivière des marsouins qui est au pied du barrage hydroélectrique de Takamaka, donc autant dire que c’est non conseillé et plutôt dangereux et qu’il ne faut pas s’attarder dans le lit de la rivière. D’ailleurs une partie du parcours est non balisé et non entretenu, il faut vraiment se frayer un passage au travers de la végétation pour progresser. C’est une randonnée qui est plutôt technique et assez difficile qui s’adresse à des randonneurs aguerris et qu’il vaut mieux faire par temps sec.

La vidéo ci-dessous résume bien l’ensemble de la randonnée qui a été faite en juillet 2019 en pleine saison sèche et “froide”.

La première partie du parcours emprunte la piste forestière de Takamaka qui trace au milieu de la forêt primaire de Bébour.

Ensuite on descend le long du rempart abrupt en empruntant les échelles, la végétation est assez luxuriante on ne voit pas le vide alentour et ça évite d’avoir le vertige !

Après moult échelles et quelques passages plus ou moins délicats on accède à la rivière des marsouins. Ce jour là on a commençait sous le soleil et on a terminé dans le lit de la rivière sous la bruine avec une température en chute libre. Nos envies de baignade se sont vite envolées.

Vous trouverez par ici plus de détails sur la randonnée, à noter également la page sur cette randonnée sur l’excellent site randopitons.re où vous trouverez une compilation des meilleures randonnées et balades sur l‘île de la Réunion pour les randonneurs expérimentés comme pour les randonneurs débutants.

reconstruction d’un dell poweredge T310 après un crASH disque d’un raid 5

Pour mémoire, je dispose d’un serveur Dell PowerEdge T310 que j’ai acheté pour une poignée de figues sur ebay, d’occasion évidemment. Il me sert de serveur perso sur mon réseau local (serveur de fichiers via NFS et automontage sur les clients, de serveur de mail en réception et en émission, et de serveur d’authentification, entre autres), il me permet également d’envoyer et de recevoir des mails à partir de mon téléphone mobile où que je sois en fournissant un service de webmail à distance.

Il est installé dans le garage et tourne 7j/7 24h/24. Il est équipé d’une carte contrôleur RAID hard PERC 6/i et de 6 disques durs au total : 2 disques SATA en RAID 1 (installés d’origine à l’achat de la bête) pour le système et 4 disques SATA Seagata Barracuda en RAID 5 rajoutés en plus pour les données, c’est sans doute ce qui m’a coûté le plus cher pour monter cette configuration. A l’époque de mon achat (2015) j’avais installé la Mageia 5.
Depuis par flemme et surtout car j’appréhendais le boulot vu la personnalisation poussée du serveur, j’avais repoussé aux calendes grecques sa mise à jour alors que Mageia 5 n’est plus maintenue depuis un certain temps.
Et bien en fait, le serveur s’est rappelé à moi il y a quelques jours avec un disque SATA qui a lâché au bout de 5 ans de fonctionnement. C’est un modèle bas de gamme qui n’est pas prévu pour tourner 7j/7 24h/24. En farfouillant dans la configuration BIOS du contrôleur PERC 6/i, je découvre que j’ai un autre disque qui est à deux doigts de lâcher, je me retrouve avec un système virtuel RAID 5 fortement dégradé qui m’a généré une tonne d’erreurs de disques que j’ai dû traiter avec fsck. Au final j’ai laissé des plumes niveau données. Mais ouf ! Je suis bien content d’avoir programmé une sauvegarde incrémentale sur un autre disque externe (voir par ).
Tant qu’à faire à mettre les mains dans le cambouis, je me suis dit qu’il était temps de migrer vers Mageia 7.1, j’ai fait le choix de ne pas refaire une installation complète pour ne pas perdre toute ma configuration et gagner du temps. J’ai donc opéré une migration vers la 6 puis vers la 7.1 et là bluffé j’ai retrouvé tous mes petits et pourtant j’avais de quoi m’inquiéter avec tout ce qui tourne dessus en version packagée, compilée et fortement personnalisée. Je dois juste déplorer qu’il n’a pas repris le fichier de configuration de sendmail, mais à part ça rien à redire.


Me voilà donc avec un serveur up to date. Pour reconstruire le RAID, j’ai installé 2 disques Seagate de la gamme au dessus, des IronWolf qui sont donnés pour pouvoir tourner 7j/7 et 24h/24, en espérant tout de même qu’ils tiennent plus que 5 ans.

Continuer la lecture de reconstruction d’un dell poweredge T310 après un crASH disque d’un raid 5