Tous les articles par Olivier Hoarau

Voyage en Italie, le détail

Comme promis, j’ai couché sur quelques pages le détail de mon séjour en Italie. Sur mon site perso, j’ai créé une section Italie, j’en ai profité pour faire un rafraîchissement du look de ma section tourisme, je retoucherai les autres pages au fur et à mesure de mes mises à jour. Pour aller directement sur les pages consacrées à l’Italie, c’est par ici.

Pour illustrer cet article, voilà une photo du petit port de pêche de Portofino entre Gêne et La Spezia dans la région du nord de l’Italie en Ligurie.

Voyage en Italie

Je reviens à peine de quelques jours passés en Italie en famille. Le périple était le suivant, départ le lundi matin, le midi déjeuner au restaurant à Rapallo, ça commençait plutôt mal car on a fort mal mangé, en guise de pate fraîche, on a mangé des pâtes en sachet classiques mal cuites avec une surdose de sel. La balade digestion de l’après midi dans le petit village pittoresque de Portofino nous a vite fait oublié cette déconvenue alimentaire. En milieu d’après midi, départ vers Florence, il nous restait suffisamment de temps le pour nous balader dans le centre ville. Diner le soir à place San Firenze, avec au menu pizza, et cette fois pas de déception.
Mardi matin, ascension de la coupole de Del Duomo, 863 marches (dixit les guides touristiques) ! En fin de matinée, visite du musée Bargello. A midi, déjeuner pâtes fraiches, et l’après midi pour se réveiller, le musée de la galerie des offices, pour une débauche de peinture italienne avec pour les plus célébres le printemps et la venus de Botticelli.
Le lendemain direction Pise et sa célèbre tour, les touristes en oublient que Pise est également une ville chargée d’histoire avec un centre ville médiévale qui vaut le détour. On a donc fait l’ascension de la tour (15€ par personne, ça calme…) et on a terminé par un tour dans le centre ville. En fin d’après midi, on a tracé jusqu’à Ceriale une petite station balnéaire entre Savonna et San Remo pour notre dernière nuit en Italie.
Maintenant il me reste à trier mes photos, rassembler mes souvenirs et préparer quelques pages plus détaillées à ce sujet sur mon site perso. A suivre donc…

Installation d’un gestionnaire d’énergie

Lors de la construction de la maison, on avait demandé à pouvoir bénéficier du contrat d’abonnement de type TEMPO. On disposait de ce type d’abonnement dans notre précédente maison en Bretagne, et malgré ses contraintes on en était plutôt satisfait, il permettait de réduire notoirement la facture, à condition bien sûr d’avoir une source de chauffage complémentaire. On a également demandé à notre constructeur de prévoir l’équipement électrique adapté.

Au final on s’est retrouvé avec un tableau électrique basic avec un gestionnaire bas de gamme qui ne prenait absolument pas en compte l’abonnement TEMPO et encore moins la gestion électrique des zones de vie. Comme le constructeur nous demandait encore au moins 1000€ supplémentaires, on a laissé tomber. Cela fait donc 3 ans qu’on utilise le gestionnaire d’énergie « humain », c’est à dire que les jours rouges, on disjoncte l’ensemble du chauffage à la main directement au niveau du tableau électrique. Pour les jours blancs, on passe sur tous les convecteurs pour baisser manuellement la consigne de températures, et on a une fait une croix sur la possibilité de pouvoir lancer le chauffage des salles de bain avant notre réveil.

Cela ne pouvait pas durer, j’ai acheté sur ce site un starbox F02 de la marque delta dore, c’est un gestionnaire particulièrement puissant qui permet de pouvoir configurer 3 zones de chauffages en fonction des 3 couleurs de l’abonnement TEMPO. On peut ainsi définir des plages horaires en fonction également des jours de la semaine, le gestionnaire permet également d’avoir une indication du coût de consommation du chauffage.

Je me suis taté pour l’installer moi même, mais j’ai préféré passer par un professionnel, qui me l’a installé en 2, 3 mouvements. J’ai du préalablement préparer le terrain, je me suis rendu compte que le câblage de mon tableau ne correspondait pas du tout aux indications et aux plans donnés par mon constructeur. En d’autres termes, quand je disjonctais un élément pour pouvoir intervenir dessus, en fait comme il était mal repéré, la tension était toujours présente, avec le recul ça fait froid dans le dos ! Le travail de rerepérage et de correction des plans, m’a pris pas mal de temps.

Au final voilà ce que ça donne, on voit le boîtier du gestionnaire en bas à droite du tableau, il y a une sonde de température à l’extérieur. La console de programmation est dans la cuisine, sa photo est incrustée en bas à droite. Je me suis rendu compte après coup que je ne sais pas si mes convecteurs ont des fils pilotes avec 4 ou 6 ordres. Les 6 ordres me permettent d’avoir une gestion plus fine de la température globale. Seul bémol à l’installation, j’aurais souhaité qu’en jour rouge, puisque je mets le poêle à bois en fonction, que les convecteurs se coupent totalement ou se mettent hors gel, ce n’est pas possible, ils passent en mode réduit/économique.

Lecture le nom de la rose d’Umberto Eco

Je pense avoir lu l’intégralité des romans d’Umberto Eco, il me manquait à lire son roman le plus célèbre à savoir le nom de la rose bien connu avec le film éponyme. L’histoire se déroule au 14eme siècle et met en scène un moine aidé d’un novice narrateur de l’intrigue qui cherchent à résoudre l’énigme de l’assassinat de plusieurs moines au sein d’une abbaye sur fond d’intrigues, de querelles politiques et d’inquisition.

A vrai dire le film ne restitue pas fidèlement le roman, l’intrigue « policière » est correctement retranscrite, mais passe à côté des querelles entre communautés chrétiennes de l’époque avec en toile de fond l’inquisition. D’une manière générale le livre est beaucoup plus noir que le film, la jeune paysanne survit dans ce dernier et il en est tout autrement dans le roman. De même l’inquisiteur Bernard Guy meurt empalé avec ses propres instruments de torture, juste retour de choses, alors qu’il en est tout autre dans le livre. C’est vrai qu’au cinéma on aime les happy ends.

A part ça comme toujours chez Umberto Eco c’est plutôt ardu à lire et il faut s’accrocher après les premières pages, c’est bourré d’érudition et il y a des paragraphes qu’on lit en diagonale, parce que le latin et moi ça fait deux !

Le nom de la rose

Bref, un excellent roman pour les longues soirées d’hiver.

US vs Air china air battle

Bon j’ai pas l’habitude de mettre sur ce blog des liens vers des vidéos, mais pour le fan d’aviation que je suis, j’ai trouvé cette vidéo tout simplement énorme.

On y retrouve en stylisé 3D l’avion furtif F117, le F22, mais également l’énorme B52 et même l’A380 transformé en énorme baleine gloutonne. C’est très bien fait, bourré d’humour avec une excellente bande son.

C’est chinois et la  page youtube du(es) réalisateur(s) vaut le détour.

Trépied d’appareil photo Gorillapod

Je me suis bien rendu compte que pour prendre des photos macros l’usage d’un trépied est indispensable. Pour pouvoir prendre des photos avec le retardateur je cherchais également un support qui permette de fixer l’appareil photo n’importe où. J’ai trouvé tout cela réuni avec le Joby Gorillapod.

Je l’ai acheté sur ebay, attention on trouve de nombreuses contrefaçons, notamment les articles provenant d’Asie. J’ai trouvé un vendeur professionnel d’Israël qui en vend des originaux à des prix très attractifs par rapport à ce qu’on peut trouver dans les magasins traditionnels. Attention à choisir le bon format en fonction du poids de l’appareil, pour mon bridge fujifilm j’ai du prendre le modèle SLR qui supporte jusqu’à 800g.

Et voilà la bête avec mon finepix.

Lotus notes vs Thunderbird 3

Thunderbird 3 vient de sortir avec grand bruit, on l’annonce comme un outil professionnel pour preuve la Gendarmerie a financé une partie du développement de cette nouvelle version en y faisant intégrer des fonctionnalités liées essentiellement à la sécurisation des échanges. Il se trouve qu’au boulot j’utilise Lotus Notes comme client de messagerie, au début je pestais contre cette usine à gaz d’autant que j’ai toujours utilisé Thunderbird et ses prédécesseurs (Netscape Mail, puis Netscape Messenger,  Mozilla Messenger et enfin Thunderbird). Avec le recul, je me rends compte qu’il y a un tas de fonctionnalités hyper pratiques de Notes qui n’existent absolument pas sous Thunderbird. Avec le temps ces fonctionnalités se révèlent vite indispensables. J’espérais qu’avec la sortie d’une version majeure comme Thunderbird 3, on s’approcherait de Notes mais on en est très très loin et c’est bien dommage.

Alors si un développeur de Thunderbird passe par là, voilà ma liste au père noël des fonctionnalités que je souhaiterais voir implémentées :

– une fonction d’archivage digne de ce nom et non pas ce ridicule répertoire marqué Archive. Sous Notes, on peut créer autant d’archives que l’on souhaite et y déplacer des mails mais également des dossiers de mail complets. Et surtout on peut les détacher de la base courante et les sauvegarder ensuite en tant que fichier sur un support de son choix. Ces fichiers peuvent ensuite être réintégrés dans Notes dans une arborescence particulière.

– une fonction de recherche digne de ce nom, certes les fonctions de recherche ont été améliorées avec la version 3, mais ça reste très loin du niveau de Notes, d’autant que ce dernier dispose d’une fonctionnalité de langage de script très puissante.

– une fonctionnalité de réplique. Actuellement mon serveur de mail sous sendmail est placé sur mon serveur, j’ai plutôt l’habitude d’utiliser mon portable y compris pour la messagerie, en d’autres termes quand le serveur est éteint (la plupart du temps), je ne peux pas utiliser mon mail (voir par ici la présentation de ma configuration matérielle et logicielle). Je ne souhaite pas déplacer ma base Thunderbird sur mon portable car je ne bénéficie pas des sauvegardes régulières que j’ai mises en place sur mon serveur. Il se trouve que sous Notes, il existe une fonctionnalité de répliques, c’est à dire que la base mail se trouve généralement sur un serveur, par contre il est possible de se créer une copie locale (réplique) pour pouvoir travailler offline. Notes gère ensuite les problèmes de synchronisation entre la réplique et la base de référence une fois que le PC est à nouveau connecté.

– une sécurisation renforcée. Certes encore une fois avec Thunderbird 3 il y a des progrès, mais avec Notes on peut aller beaucoup plus loin pour par exemple donner accès à sa base de mail à certaines personnes ou groupes, pour donner des délégation, ou pour fixer certains droits sur un mail (droit de recopie, droit de rediffusion, etc.).

– un langage de script permettant comme sur Notes (notion d’agent) de réaliser certaines actions sous certaines conditions.

Quand Thunderbird intégrera tout ça, on pourra vraiment dire qu’il se hisse au niveau des solutions professionnelles dignes de ce nom.

Navigation du jour de l’an

Pour digérer des excès de la veille rien ne vaut une petite navigation au petit matin, en fait de petite navigation, c’était une ENORME navigation dans des conditions de mer et de vent effroyables. Je suis parti de la Madrague au bout de la presqu’île de Giens, là encore les suspensions hydropneumatiques de ma Citroën ont fait merveille pour rejoindre l’aire de parking avec une route totalement inondée. Vu les conditions de vent, avec des claques à plus de 80km/h, j’ai gréé ma naish session de 3,4m² et pris mon flotteur now 255 de 76l.

La plage avait totalement disparu, la mer se fracassait directement sur la dune, j’ai galéré comme un fou pour partir avec une barre terrible à franchir style shorebreak. Visiblement je n’étais pas le seul, y en a un certain nombre qui ne sont jamais partis. Finalement j’ai laissé la technique d’essayer d’avancer le plus loin possible, si possible derrière le shorebreak, ce n’était pas possible, on se faisait ramener sur le bord en permanence avec perte et fracas. Je suis parti plein pot au planning dès qu’il y avait suffisamment d’eau pour l’aileron pour gagner un max de vitesse pour franchir la barre, et ça marche !

Plus loin c’était l’apothéose ou l’apocalypse, c’est selon, avec des énormes paquets de mer, mais cela dit même avec la force du vent, ça restait relativement glassy. Le problème est que le franchissement de la barre m’avait totalement épuisé,  ç’était rude, et même très rude, d’autant que j’étais quand même bien surtoilé et que mes précédentes sessions m’ont laissé une belle ampoule dans le creux de la main qui se rappelait à son bon souvenir à tout instant. J’ai pu quand même envoyer quelques gros surfs bien gras et quelques envolées plus ou moins bien maîtrisées.

Finalement au bout d’à peine une heure de navigation dans ces conditions, vu que je n’avais encore rien cassé et j’étais encore en état, j’ai choisi de couper court. Et j’ai bien fait, la mer commençait à envahir le parking et à noyer davantage la route d’accès. J’ai bien cru que j’allais rester scotché là attendant que le niveau baisse.

J’ai monté vite fait quelques minutes de navigation. Pour m’éviter quelques sombres histoires de droit d’auteur, j’ai laissé la bande son d’origine avec le bruit de la mer et du vent quelque peu saturé, et de temps à autres mes réflexions en plein action.

Comme d’hab, c’est monté sous linux avec kdenlive.

WebTV d’Orange

Depuis mes déboires avec Free je suis revenu à Orange, il se trouve qu’Orange diffuse pour ses abonnés les chaînes de la TNT via un navigateur. L’ensemble est prévu pour windows et en particulier pour internet explorer avec windows media player, excluant de fait les utilisateurs de firefox et évidemment tout ceux sous linux.

Fort heureusement sous linux, il existe la possibilité de visualiser ces programmes avec mplayer ou vlc et même de les enregistrer. Pour cela il faudra récupérer ce script. Dans votre homedirectory, il faudra créer un répertoire webtvorange dans lequel on créera un répertoire temp. Ensuite il faudra installer le package  gtkdialog. Si comme moi, sous Mandriva, le package est inexistant, vous pouvez récupérer un package debian par ici. Il suffit ensuite de le transformer en package rpm grâce à la commande alien qui existe en package Mandriva. En tapant

alien –to-rpm gtkdialog_0.7.20-4_i386.deb

cela va donner un rpm, qu’on installera classiquement avec urpmi. Maintenant vous pouvez lancer le script que vous aurez placé préalablement sous ~/webtvorange. La commande à taper est ./WebTv_ref fenetre. Et voilà le résultat

L’enregistrement programmé est possible, il se fait à partir de l’onglet Enregistrer. Voilà la commande associée

mplayer -cache 4096 -dumpstream -dumpfile adresse-du-flux-mms

malheureusement j’ai encore du mal à extraire la séquence vidéo souhaitée et à réencoder ensuite en mpeg4, la dernière version avidemux plante à l’ouverture du fichier et avec vlc ou kino, le son est décalé avec l’image. Affaire donc à suivre.

Pour plus d’info sur le script WebTV, il existe un fil de discussion sur le forum ubuntu.

Domaine hoarau.org

J’ai acheté l’autre jour le domaine hoarau.org, cela faisait un bout de temps que je lorgnais dessus. Depuis des années il était indisponible et surtout inutilisé, à ma grande surprise l’autre jour j’ai vu qu’il était enfin disponible et je n’ai pas hésité une seconde.

Du coup je conserve le domaine funix.org qui restera consacré à Linux et aux logiciels libres d’une manière générale. Je bascule tous mes sites perso sur le domaine hoarau.org.

Ainsi mon site perso http://olivier.funix.org devient http://www.hoarau.org et mon blog passe de http://blog.funix.org à http://olivier.hoarau.org.

Pour mon blog j’en ai profité pour passer à wordpress 2.9, la migration n’a pas été sans mal, j’ai encore des soucis d’accents dans certains articles que je corrigerai petit à petit, j’ai constaté également que quelques images se sont perdues dans l’aventure. Pour les anciens sites, j’ai mis en place des redirections, je supprimerai l’ensemble des fichiers plus tard quand j’estimerai que tout est OK.

Merci de me signaler tout dysfonctionnement du à ces migrations.