Week end à Paris

Je sors de mon silence pour évoquer un week-end récent sur Paris, l’occasion de partager quelques photos choisies. Ça a commencé par une visite du domaine du Trianon dans le parc du château de Versailles où on peut retrouver le petit et le grand Trianon ainsi que le hameau que la reine Marie Antoinette avait fait construire pour oublier sa condition de reine. Première surprise quand on débarque dans le hameau, on a l’impression de débouler dans un décor de carton pâte style parc d’animation.

Ragondin au hameau de la Reine

on s’attend à voir surgir les trois petits cochons ou même les sept nains des maisons ! Difficile de croire que l’ensemble a plus de deux siècles.

Jardin devant le petit Trianon

Le lendemain on change complètement d’univers et de décor avec la visite du musée de l’Air et de l’Espace que je n’avais pas vu depuis plus de 30 ans ! Les avions historiques sont toujours bien là avec certains qui mériteraient une bonne restauration (je pense au Focke Wulf FW190).

Le poste de pilotage du Breguet Pourquoi pas ? premier avion à traverser l’Atlantique d’est en ouest en 1930

je constate l’apparition d’un hall pour deux Concorde et un Mirage IV et un espace consacré à la dissuasion avec l’exposition des fusées qui ont servi à la mise aux points des missiles stratégiques porteur de l’arme ultime.

Dassault Mystère IV dans le hall de la cocarde

Je note également l’apparition d’un espace consacré à l’escadrille française Normandie-Niemen qui a combattu sur le front russe pendant la seconde guerre mondiale avec le Yakovlev Yak 3 qui a été restauré en laissant les différentes couches de peinture qui lui ont été appliquées apparentes montrant ainsi ses multiples vies au sein de différentes unités.

Retour vers Paris ensuite pour une visite de tour Saint Jacques, c’est tout ce qui reste d’une église détruite à la révolution. La tour constituait le clocher et possédait une douzaine de carillons, elle parait bien vide maintenant.

Intérieur de la tour Saint Jacques

Elle a été restaurée au XIXème siècle dans un respect historique très relatif mais avec du style. Après une ascension de 300 marches dans un escalier en colimaçon on débouche sur une terrasse surplombant la tour avec une très belle vue de Paris à 360°.

la butte Montmartre dans le lointain avec la basilique du Sacré Cœur

A noter que la visite de la tour se fait via l’association des mots et des arts.

Il se trouve que ce week-end là, c’était 14 juillet il était donc impératif d’assister au défilé.

Le président qui descend les Champs Élysées dans son command car
La garde républicaine qui défile, je constate que les filles sont les plus dissipées !

et le soir dans une foule immense compacte, concert symphonique sur le champ de mars au pied de la tour Eiffel, n’étant pas arrivé très tôt il était quasi impossible de voir quoi que ce soit sur la scène, ni même sur les écrans, par contre idéalement placé pour le feu d’artifice.

La tour Eiffel aux couleurs tricolores

il faut reconnaitre que quand une foule de plus de 100000 personnes au bas mot entonne la marseillaise il y a de quoi avoir des frissons !

le feu d’artifice était de toute beauté, bien synchronisé avec le jeu de lumières et les chansons diffusées sur le thème de l’amour. Bémol de la soirée, tous les transports étaient saturés avec cette affluence record et retour à pied, 4km à parcourir ! C’était l’occasion de voir des devantures éclairées assez remarquables comme celle du bar le timbre poste à Malakoff.

Pour clore le week-end et n’étant pas un grand fan de foot, visite du cimetière du père Lachaise pendant la finale de la coupe du monde !

44 hectares au total, c’est assez gigantesque avec 1 million de personnes qui y sont enterrées, autant dire que sans guide c’est assez illusoire de s’y retrouver. Malheureusement les guides s’adaptent à la demande et on verra surtout les stars passées du showbiz d’Edith Piaf à Yves Montand, en passant par Jim Morrisson ou plus récent Jacques Higelin. Pour une visite plus historique ou plus architecturale, il faudra bien cibler son guide ou préparer sa visite soigneusement.

Les clameurs de la ville nous ont vite fait comprendre l’issue favorable du match, pris dans le tourbillon de la ferveur populaire comme tout un chacun nous avons remonté les Champs Élysées dans l’ivresse de la victoire.

Très sympa au début de communier avec tous ces gens dans une atmosphère bon enfant, mais ça a malheureusement assez vite tourné au vinaigre avec des bandes qui sont arrivées de toute part (de la banlieue ?) pour en découdre, peloter les filles et tout casser dans ces quartiers plutôt riches, il était temps de s’exfiltrer rapidement de la foule et de rentrer au plus vite.

A l’approche de l’arc de triomphe

Sur le retour c’était comme s’il y avait eu un ouragan avec un déchaînement de violence et de dégradations gratuites, les rues et devantures étaient dans un état pitoyable. Tout cela gâche sincèrement la fête, je suis surpris qu’il y ait eu une couverture aussi faible de ces « débordements » dans les media.  J’espère ne pas retenir cela de ce long week-end plutôt très dense !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vérification anti robot *