Soldes nautiques

Ma vieille combinaison NeilPryde  Wd3000 achetée en 2011 commençait à craquer de partout et avec les multiples réparations de néoprène avait vraiment triste mine. Le modèle équivalent de la gamme NeilPryde étant à un prix vraiment prohibitif que je me suis tourné vers les autres marques. Comme je pratique toute l’année, j’ai cherché un modèle en privilégiant la chaleur au détriment du confort. A vrai dire, j’ai trouvé les deux, à la fois confortable à porter, très souple et chaude, vraiment très chaude ! J’ai choisi une Typhoon Kona en épaisseur 6/5/4, c’est une marque anglaise et j’imagine qu’en terme d’eau froide ils savent de quoi il parle.

Je l’ai testée en surf du côté de la presqu’île de Crozon, sur la plage de Kersiguénou.

Le moins qu’on puisse dire est que c’est la galère pour l’enfiler. Il n’y a pas de fermeture éclair à l’arrière, il faut littéralement se faufiler par l’étroite ouverture entre les épaules et passer tant bien que mal les épaules en enfilant une manche après l’autre. Il faut avoir des réels talents de contorsionniste, j’attends de voir ce que ça va donner après une bonne session en plein hiver avec les doigts gelés… et vu comment on étire le néoprène, même si les coutures ont l’air béton, j’émets quelques doutes sur sa durée de vie, on verra bien. En tout cas, en surf avec des conditions plus sévères qu’en planche à voile puisqu’on est dans l’eau plus souvent et qu’on a besoin de se mouvoir davantage, c’est un régal, elle est vraiment très chaude et très souple.

La combinaison n’était pas la seule à craquer, ma voile de freerace Tribord RC4 achetée en 2004 est en fin de vie avec les fixations de lattes qui lâchent, même si le fourreau et le monofilm sont encore dans un état plus que correct. J’ai écumé les shops pour trouver un modèle équivalent avec 3 cambers, mais sans trouver mon bonheur ou alors à des prix astronomiques. Finalement sur un site de vente entre particuliers bien connu, j’ai trouvé une MauiSails TR6 6.6 à 100€ dans un état vraiment impeccable.

C’est assez technique à gréer avec ses 4 cambers, ça m’a rappelé la  NeilPryde Z1 7.8 que j’ai eu il y a quelques années et dont je me suis séparé car elle était trop lourde et surdimensionné pour mon gabarit. En gros, on enfile d’abord le mat en ne cherchant pas à enfiler les cambers, on passe le mât sur les lattes, on étarque sans trop forcer au point d’amure, puis on met le wishbone et on étarque à l’amure. La voile est doté d’une couverture néoprène au niveau de l’ouverture du wishbone, c’est soit disant pour améliorer l’aérodynamisme, mais en fait c’est une vraie chienlit pour gréer/dégreer. Ensuite avec la main et les ouvertures de camber, on pousse les lattes pour que les cambers se mettent en position, on étarque proprement à l’amure et c’est fini.

Avec mon mât 4.30 SDM à 70% de carbone et la rallonge qui va avec, la voile a une bonne tête avec une belle chute. Maintenant faut voir ce que ça donne sur l’eau, c’est clair que ça sera certainement plus technique et beaucoup plus galère à sortir de l’eau en cas de chute avec ce fourreau énorme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vérification anti robot *