Les têtes brûlées

Étant gosse et de la génération Casimir, je ne ratais pas un épisode de la série américaine des têtes brûlées (Baa Baa blacksheep en anglais) qui relate de manière plus ou moins fidèle les exploits dans le Pacifique de l’escadrille VMF214 avec à sa tête l’as Gregory Boyington durant la seconde guerre mondiale. Cette série fut tournée dans les années 70 avec 8 Vought Corsair F4U de diverses origines et types différents. Je suis tombé sur cet excellent article qui retrace l’histoire de ces Corsair jusqu’à aujourd’hui. On y parle également des différents (vrais) pilotes de la série.

Désolé c’est en anglais, mais ça vaut le coup de s’y attarder, on y apprend que 2 exemplaires font partie d’une série tardive de Corsair réalisée pour l’aéronavale française, le F4U-7 avec une cellule d’AU-1 et un moteur de F4U-4. 94 exemplaires furent fournis à l’aéronavale à partir de 1952, le dernier exemplaire livré début 1953 est le dernier Corsair construit par Vought.

F4U-7 133704  lors d'une porte ouverte sur la base aéronavale d'Hyères
F4U-7 133704 lors d’une porte ouverte sur la base aéronavale d’Hyères

Contrairement à ce qui est marqué sur le site de warbirds news, les 2 exemplaires de F4U-7 (Bu.No. 133693 et 133710) n’ont pas pu participé à la guerre d’Indochine puisque le cessez le feu est signé en juillet 1954. Il est toutefois attesté que les flottilles 12F et 15F furent dotées de F4U-7 à partir de 1955 avant de quitter définitivement l’Indochine à la fin de cette même année. Les seuls Corsair français qui connurent le feu sur place et furent même engagés sur Diên Biên Phu sont des modèles AU-1. Les F4U-7 connurent toutefois le feu lors de la guerre d’Algérie et de tentative de reconquête du canal de Suez lors de l’opération mousquetaire en 1956.

Les F4U-7 furent réformés en 1964, les pilotes passèrent sans transition au Vought F8E-FN Crusader. Quelques rares ont échappé aux ferrailleurs, d’après cette liste de Corsair survivants, il en existerait seulement 2 aujourd’hui, le 133693 ayant été détruit en 1987. Il faut cependant se méfier de cette liste car certains exemplaires ont changé entretemps de type et de numéro de série (BuNo). Par exemple cette liste cite le F4U-7 BuNo 133704 qui est actuellement exposé en statique au musée aéronautique de San Diego aux États Unis. J’avais eu l’occasion de le voir lors d’une  porte ouverte sur la base aéronavale de Hyères (photo plus haut) à l’époque il était en état de vol et enregistré dans le registre français F-AZYS.  Il s’avère qu’il est de type F4U-5NL et son véritable numéro de série est le 125541.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vérification anti robot *