Archives de catégorie : Ma vie

Pendant ce temps ça continue à naviguer

Malgré les températures en chute libre, je n’ai pas pour autant stopper mes activités nautiques. Encore ce matin à 8h30 j’étais à l’eau par une froide matinée (7° sous abri !) avec un superbe soleil levant pour profiter des vagues emmenées par la marée montante sur le spot de Tréompan, nord Finistère.

Une session toutefois au frein à main à cause d’une vilaine douleur sur le côté qui m’a quelque peu empêché de me lâcher totalement.

Hier encore j’étais de sortie en J/80 pour un grand tour dans la rade de Brest en commençant par une lente descente sous spi pour passer l’île des morts et Trébéron, faire quelques exercices de prise coffre devant Roscanvel, et tracer sous spi pour passer ensuite entre l’île ronde et la pointe de l’Armorique, pour revenir au près en passant par le port de commerce comme on peut le voir sur la trace ci-dessous :

Véronique à la barre avec Trébéron et ses ruines en toile de fond.

J’ai testé pour vous la trottinette pour adulte

mais au fait on dit patinette ou trottinette ?  j’ai juste l’impression que c’est trop la honte de parler de trottinette, patinette ça passe mieux, c’est moins la honte pour un adulte 🙂
Bon à vrai dire je recherchais un moyen léger, peu encombrant, relativement rapide, histoire de gagner un peu de temps pour des trajets urbains quotidiens (entendre pour aller au boulot).
Mine de rien avec le développement exponentiel des moyens alternatifs de mobilité, les trottinettes pour adulte ont un certain succès dans les grandes villes et on trouve sur le marché un paquet de modèles. On ravale assez vie son orgueil quand on voit le nombre de cadres en costard cravate allant au boulot en trottinette.

Mes critères de recherche étaient les suivants:
– roue de grand diamètre histoire de parcourir plus de distance pour une foulée;
– équipée d’amortisseur pour absorber les aspérités de la ville;
– pliage rapide;
– sangle de transport pour la porter dans les transports en commun;
– garde boue;
– roue pleine, car les modèles avec pneu adhèrent bien trop à la route et demandent donc plus d’effort;
– pas trop flashy parce que en tant qu’adulte on a sa fierté et on veut éviter que ça ressemble trop à un jouet d’enfant;
– et évidemment un bon rapport qualité/prix.

Finalement après des heures de recherche dans les magasins virtuels sur le net et les magasins bien physiques,  j’ai jeté mon dévolu sur une bopster b:pro qui bénéficie d’un excellent retour pour un super prix.

Avec le recul et quelques semaines d’utilisation, voilà ce qu’en j’en pense. Tout d’abord d’un point de vue globale mais je pense que c’est inhérent aux trottinettes, c’est quand même super instable, en vélo on peut aisément lâcher une main, avec une trottinette c’est absolument déconseillé pour ne pas risquer de s’étaler lamentablement et être la risée de dizaines de passants. De même il ne faut pas chercher à pencher trop l’engin, les roues lisses n’ont strictement aucune adhérence, le phénomène est d’autant plus sensible sur chaussée mouillée, il faut donc chercher à se maintenir bien droit comme un i en toute circonstance.

Continuer la lecture de J’ai testé pour vous la trottinette pour adulte

Souris verticale

J’suis passé à la souris verticale depuis quelque temps, on lui prête plein de vertu car elle supprime la torsion de l’avant bras et on adopte une position plus naturelle, proche du repos. J’y suis pas venu par hasard, suite à ma rencontre inopinée en vélo avec une voiture alors que j’avais revêtu ma cape d’invisibilité à un rond point, je traine une douleur lancinante au poignet. Après une opération sur le tendon, je suis toujours en phase de rééducation. Ceci donc explique cela. Ce type de souris peut convenir également à ceux qui souffrent du syndrome du canal carpien et d’une manière générale à ceux qui commencent à avoir le poignet qui commence à chauffer sérieusement après quelques heures d’ordinateur et de manipulation de souris.

de prime abord c’est quand même assez particulier et ça demande un petit temps d’adaptation, c’est surtout avec les boutons que j’ai eu le plus de mal à m’y faire. Maintenant après quelques mois d’utilisation que ce soit au boulot ou à la maison, je suis maintenant aussi à l’aise avec cette souris qu’avec une souris classique.

Jusqu’à présent ce type de souris était relativement hors de prix, depuis peu on trouve des clones chinois tout à fait abordable, qui fonctionne très bien, et qu’on tient bien en main. Pour ma part j’ai choisi ce modèle à petit prix en version sans fil :

expédié du fin fond de l’Asie avec une doc en chinois qui ne vous servira pas à grand chose et qui marche en plug and play sur n’importe quel ordinateur quel que soit le système d’exploitation.

Passer en mode root avec un Lenovo vibe B A2016a40

Ces publicités forcées m’énervent au plus haut point sur mon portable Lenovo vibe B, elles bouffent une quantité non négligeable de mon débit 4g et donc de mon forfait.

Dès lors qu’on est dans l’écosystème Google, on se retrouve coincé à récupérer les applications de Google Play qui sont bardées de publicités et qui sous couvert de gratuité siphonnent vos données privées. Il se trouve qu’il existe des catalogues d’applications alternatifs, on y trouve beaucoup d’applications qui sont dans la philosophie du logiciel libre (voire sont des logiciels libres), sont dénuées de publicité et ne cherchent pas à récupérer vos données. Malheureusement pour certaines et pour pouvoir détourner les protections mises en place par les constructeurs pour rester enfermé dans l’écosystème Google nécessitent d’être administrateur (root) sur Android. En étant administrateur c’est comme sur n’importe quel système d’exploitation, vous pouvez pousser la configuration et personnalisation de votre portable à l’extrême et de bénéficier de son plein potentiel en passant outre le carcan de l’écosystème Google et de celui imposé par le constructeur du mobile.

Continuer la lecture de Passer en mode root avec un Lenovo vibe B A2016a40

Photothèque

Je signale la présence sur ce blog d’une photothèque (dans le menu en haut à droite). On y trouve un peu de tout, ce sont des photos que j’ai pu prendre ici et ailleurs lors de voyages, déplacements d’agréments ou professionnels. Depuis quelques années j’utilise un Nikon Coolpix p510, certes ce n’est pas un reflex mais c’est un bridge suffisamment performant pour des photos correctes. Niveau traitement photo, je me contente sous gimp (évidemment) de jouer au cas par cas avec la balance des blancs et/ou la luminosité/contraste. Au final, je vous laisse juger par vous même de leur qualité. A noter qu’à partir du menu contextuel (accessible à partir du bouton droit de la souris) vous pouvez afficher les photos en plein définition.

Pour vous donner l’envie de parcourir la photothèque, en voici un petit échantillon commenté dans leur contexte.

J’ai pris cette photo au Maroc dans le souk de la ville de Fes devant l’étale du boucher, on remarquera bien entendu la tête de dromadaire qui était tout sauf factice ! Je ne sais pas si  ça contribue à attirer le client en tout ça a attiré mon objectif (et les mouches…).

Un caméléon sur l’île de la  Réunion appelé localement endormi, un animal plutôt commun, mais toujours difficile à repérer. A propos de la Réunion, pour les randonneurs je signale par ici la présence de pages qui décrivent quelques randonnées incontournables (dont les ascensions du piton des neiges et du volcan du piton de la fournaise).

Le geyser de Strokkur en Islande qui se situe juste à côté du geyser de Geysir qui a donné son nom à ce phénomène physique impressionnant. Ce dernier est plus moins inactif maintenant alors que celui de Strokkur est le plus actif d’Islande, il jaillit toutes les 10min à peu près. Le bonhomme sur la photo donne une idée de sa hauteur, ce jour là il n’y avait pas de vent, par contre les jours avec vent (le plus souvent !), il faut se situer du bon côté pour pas se retrouver trempé jusqu’aux os ! En plus de cela l’eau est bouillante !

En plus des voyages, pour les amateurs de belle mécanique volante, j’ai une série de photos de warbirds et d’appareils plus récents dans le coin du spotter. Ici le Douglas AD-4NA Skyraider immatriculé F-AZDQ sur la piste de l’aéroport militaire de l’ALAT au Cannet des Maures dans le centre Var.

De l’autre côté de l’Atlantique, un Grumman F14 Tomcat à côté d’un Vought F8 Crusader sur le pont du porte avions USS CV10 Yorktown face à Charleston devenu musée flottant. Le Yorktown qui a participé à la seconde guerre mondiale est le deuxième du nom, le premier du nom, le CV5 Yorktown a été coulé pendant la bataille de Midway. Sur la photo on distingue sur l’îlot le fort Sumter, c’est exactement à cet endroit que les premiers coups de canon de la guerre de sécession ont été tirés en avril 1861.

Plus prés de nous, la France métropolitaine n’est pas en reste. Lors des fêtes maritimes de Brest 2016, le Nao Victoria devant le phare de la pointe Saint Mathieu à l’orée du goulet de Brest. Ce bateau est une reconstitution de celui de Magellan qui a réalisé le premier tour du monde (à la voile forcément) de 1518 à 1522. Dans le lointain, on peut apercevoir l’ile de Béniguet avec ses plages de sable blanc.

Nous ne sommes pas en Afrique, mais bien en France dans son plus grand zoo, le zooparc de Beauval où ces rhinocéros piquent un roupillon.

Ce magnifique piano de cuisson, qui donne vraiment envie de cuisiner, se trouve dans les cuisines du château de Chenonceau.

La suite par !

Smartphone Lenovo B

Pendant longtemps je faisais partie des dinosaures qui se contentaient d’utiliser un téléphone mobile pour téléphoner et faire du SMS à mille lieues des usages actuels, ne voyant pas trop l’intérêt d’être connecté en permanence et d’être suivi à la trace. Il y a quelques temps j’avais néanmoins opté pour un smartphone Acer Liquid Z3 pour ne pas paraître trop dépassé aux yeux de mes enfants avec lequel j’avais découvert les joies du toucher tactile. A vrai dire comme mon forfait comportait quelques dizaines de Mo de données j’espérais pouvoir me connecter de temps à autre en vacances quand l’usage s’en faisait sentir, je me suis vite rendu compte qu’avec un abonnement 2G, il fallait vite oublier. A cette occasion j’ai également découvert Android dans sa version Jelly Bean 4.2.2. Bien qu’étant un système libre, je suis quand même déçu, le monde des applications android est loin de l’esprit de partage désintéressé du monde linux, la vocation mercantile prime avant toute chose, le fait que google soit également incontournable me hérisse le poil également.

Tout ça pour dire que je serai certainement appelé à être davantage mobile dans le futur et le besoin d’une connexion itinérante se fait maintenant ressentir. Je me suis donc décidé à passer à la 4G pour mon smartphone. Encore fallait-il que je dispose d’un smartphone compatible. Mes critères: pas cher, je vois pas l’intérêt de claquer 500€ dans un téléphone, double carte SIM, une dalle de 4,5 » max pour qu’il tienne dans la poche (et accessoirement pour qu’il consomme moins), une batterie d’au moins 2000 mAh et tant qu’à faire une version récente d’Android, donc au moins la 6 Marshmallow. Il existe de flopée de modèle et ces critères ont permis d’en réduire le nombre, au final il reste des modèles avec des marques inconnues et les marques françaises Wiko et Archos qui ont visiblement une très mauvaise presse à en juger les avis sur le net. J’ai finalement jeté mon dévolu sur le Lenovo B qui répondait à tous mes critères.

Après tout, j’ai déjà 3 portables Lenovo (Thinkpad X200, X220 et un IdeaPad U350) et une tablette Lenovo Pad Tab 2 A7-10F dont je suis plutôt satisfait, ça a donc joué clairement sur mon choix.

Au final plutôt content de mon achat, même s’il est rangé dans la catégorie portable « bas de gamme », pour l’utilisateur moyen que je suis il répond à toutes mes attentes. Je l’ai testé avec les logiciels de cartographie comme OpenCPN ou navfree, de vidéo avec vlc et honnêtement il marche du tonnerre, ça reste très fluide.  Pour les photos c’est le jour et la nuit par rapport à mon précédent smartphone, en plus il dispose bien de deux objectifs (face et arrière) pour les photos et skype. Seul bémol, il n’est pas compatible 4G+ pour cela je n’ai pas trouvé de modèle compatible de cette gamme de prix.

Prochaine étape le configurer pour qu’il serve de relais 4G pour mon portable thinkpad en itinérance et mettre en place un tunnel sécurisé VPN jusqu’à mon serveur perso.

kdenlive 16.08.2 en action

Maintenant que j’ai enfin une version stabilisée de kdenlive 16.08.2 (cf. l’épisode précédent), c’est ma fille qui s’en est servie pour sa dernière création.

Le tout a été tourné pendant nos vacances du mois d’août dernier au Portugal et en Espagne. Pêle-mêle on peut trouver des vues d’Andorre, du Portugal (Lisbonne, la plage de Doniños et la cave Taylor’s à Porto) et d’Espagne (Madrid, Santander, le massif montagneux de Picos de Europa dans les Asturies et  la Corogne).

Les têtes brûlées

Étant gosse et de la génération Casimir, je ne ratais pas un épisode de la série américaine des têtes brûlées (Baa Baa blacksheep en anglais) qui relate de manière plus ou moins fidèle les exploits dans le Pacifique de l’escadrille VMF214 avec à sa tête l’as Gregory Boyington durant la seconde guerre mondiale. Cette série fut tournée dans les années 70 avec 8 Vought Corsair F4U de diverses origines et types différents. Je suis tombé sur cet excellent article qui retrace l’histoire de ces Corsair jusqu’à aujourd’hui. On y parle également des différents (vrais) pilotes de la série.

Désolé c’est en anglais, mais ça vaut le coup de s’y attarder, on y apprend que 2 exemplaires font partie d’une série tardive de Corsair réalisée pour l’aéronavale française, le F4U-7 avec une cellule d’AU-1 et un moteur de F4U-4. 94 exemplaires furent fournis à l’aéronavale à partir de 1952, le dernier exemplaire livré début 1953 est le dernier Corsair construit par Vought.

F4U-7 133704  lors d'une porte ouverte sur la base aéronavale d'Hyères
F4U-7 133704 lors d’une porte ouverte sur la base aéronavale d’Hyères

Contrairement à ce qui est marqué sur le site de warbirds news, les 2 exemplaires de F4U-7 (Bu.No. 133693 et 133710) n’ont pas pu participé à la guerre d’Indochine puisque le cessez le feu est signé en juillet 1954. Il est toutefois attesté que les flottilles 12F et 15F furent dotées de F4U-7 à partir de 1955 avant de quitter définitivement l’Indochine à la fin de cette même année. Les seuls Corsair français qui connurent le feu sur place et furent même engagés sur Diên Biên Phu sont des modèles AU-1. Les F4U-7 connurent toutefois le feu lors de la guerre d’Algérie et de tentative de reconquête du canal de Suez lors de l’opération mousquetaire en 1956.

Les F4U-7 furent réformés en 1964, les pilotes passèrent sans transition au Vought F8E-FN Crusader. Quelques rares ont échappé aux ferrailleurs, d’après cette liste de Corsair survivants, il en existerait seulement 2 aujourd’hui, le 133693 ayant été détruit en 1987. Il faut cependant se méfier de cette liste car certains exemplaires ont changé entretemps de type et de numéro de série (BuNo). Par exemple cette liste cite le F4U-7 BuNo 133704 qui est actuellement exposé en statique au musée aéronautique de San Diego aux États Unis. J’avais eu l’occasion de le voir lors d’une  porte ouverte sur la base aéronavale de Hyères (photo plus haut) à l’époque il était en état de vol et enregistré dans le registre français F-AZYS.  Il s’avère qu’il est de type F4U-5NL et son véritable numéro de série est le 125541.

Randonnée senda del Cares dans les montagnes Picos de Europa

Dernièrement dans un post pour me plaindre des piètres performances de mon GPS TomTom j’avais évoqué un séjour estival en Espagne et en Portugal qui ferait l’objet de plusieurs articles. Voici donc le premier article qui a pour thème une randonnée dans le massif montagneux Picos de Europa tout au nord de l’Espagne et qui couvrent trois provinces, la Cantabrie, le León et les Asturies. Ce massif montagneux, aussi appelé cordillère Cantabrique,  longe la mer à à peine une trentaine de kilomètres et culmine à 2648m d’altitude. La région étant plutôt arrosée, les paysages verts, boisés et montagneux font douter un moment que l’on se trouve en Espagne !

Dans ce massif, on trouve donc le sentier du Cares qui surplombe la rivière Cares et longe un canal toujours actif construit au début du XXeme siècle. Ce canal a la particularité d’être enterré sur une grande partie de sa longueur. La randonnée sur ce sentier est l’une des plus réputées de la région, le chemin est étroit, très étroit même parfois, avec des falaises et des à pics vertigineux. Voilà une courte vidéo avec quelques vues prises avec ma GoPro qui donnent une assez bonne idée du côté spectaculaire de cette randonnée.

C’est une randonnée pas bien difficile pour un randonneur expérimenté, longue de 12 km aller-retour, elle est donnée pour 6 à 8h de marche au total. Mon GPS m’indique que la randonnée a duré au total 7h24 dont seulement 4h15 en marchant au pas de course ! Bien qu’on soit entouré d’eau avec la rivière qui coule en contrebas et l’eau du canal, il y a assez peu d’opportunités d’en profiter, le paysage est quand même globalement sec et peu boisé avec donc peu d’ombre, il vaut mieux partir bien chargé en eau.

2016-08-01-trace-gps-senda-del-caresLa trace GPS au format gpx peut être téléchargée ici. Le petit inconvénient de la randonnée est que ce n’est pas un boucle, il faudra revenir sur ses pas au retour. Il y a donc 2 alternatives de départ pour cette randonnée, mais le mieux est certainement de partir de Poncebos pour arriver à Caín. En effet on commence ainsi par le plus dur par une belle ascension avec un terrain assez cassant, puis ensuite c’est vraiment du gâteau avec une pente, puis sur les 2/3 c’est quasiment le même niveau. Les passages les plus spectaculaires avec le sentier creusé dans la roche sont en fin de randonnée.

Continuer la lecture de Randonnée senda del Cares dans les montagnes Picos de Europa

GPS TOMTOM le déclin

J’avais exposé dernièrement dans un post les déboires que j’ai connues en utilisant un GPS TomTom Via135 lors de mes dernières vacances. Pour résumer, il était totalement inutilisable dans les grandes villes et en montagne, son algorithme est plus que discutable car alors qu’on a choisit l’autoroute, il vous écarte des grands axes de circulation pour vous faire prendre des petites routes, voire des chemins quasi impraticables, j’y ai laissé la prise d’une attache remorque. Cerise sur le gâteau, il ne connaît pas certains sites et lieux dits. Ce qui me fait dire que mon GPS TomTom a un sérieux problème de calculateur et de puce GPS. Dans le même temps ma tablette avec Navfree et des cartes d’OpenStreetMap s’est parfaitement comportée, choisissant toujours les itinéraires les plus utilisés, ne décrochant jamais en montagne (sauf dans les tunnels bien entendu) ou en ville, et avec des cartes bien plus complètes que celles de TomTom. Au point qu’au bout de quelques jours de vacances itinérantes en Espagne et Portugal, j’avais abandonné mon GPS au profit de ma tablette, qui est du reste également un excellent moyen pour faire du tourisme en mode piéton. C’est quand même une grande déception, car j’ai eu pendant des années un GPS TomTom Start qui marchait (et qui continue à marcher) très bien mais limité à la France.

Je m’en suis évidemment ouvert au SAV et sur le forum de TomTom.  Beaucoup ont abondé dans mon sens, en rajoutant que TomTom qui a longtemps été leader du marché s’est totalement laissé dépasser, y compris par les logiciels libres, d’autres ont rajouté que certains marques comme Mio avaient des algorithmes bien plus performants. Pas la peine de chercher ces posts ils ont été systématiquement supprimés quelques heures après avoir été postés, je constate qu’on a le sens de la critique chez TomTom…  Du côté du SAV, pas mieux, évidemment c’est moi qui ne sais pas me servir de mon GPS, j’ai eu la surprise d’apprendre que parfois il faut laisser le GPS tourner à poste fixe pendant une heure pour que le calcul de position converge !  Dans un voyage itinérant comme j’ai pu faire, c’est vachement pratique, alors que dans le même temps ma tablette convergeait en deux minutes max. Bref aujourd’hui, j’ai définitivement basculé sur ma tablette pour les grands voyages, j’ai remisé dans un coin mon GPS TomTom VIA 135 inutilisable et invendable, et j’ai ressorti mon vieux TomTom Start pour les usages au quotidien dans les parages.