Archives de catégorie : Brêves de comptoir

Décès de Dennis Ritchie

On a subi un matraquage médiatique en règle pour la mort de Steve Jobs qui s’est contenté de reprendre les idées des autres pour en faire des produits marketings. Sa grande force est d’avoir fait croire aux clients d’apple qu’ils appartenaient à une pseudo communauté élitiste, quand bien même ils payaient leur produit 2 à 3 fois plus cher que la concurrence, que celui-ci était complètement fermé, et qu’il faut encore passer à la caisse pour le faire évoluer ou pour y greffer quelques plugins.

Dans le même temps les médias passent complètement à côté de la mort de Dennis Ritchie qui est un des plus grands informaticiens de l’histoire à l’égal d’un Turing. Dennis Ritchie est un pionnier de l’informatique moderne, créateur du C, un des langages de programmation les plus populaires et encore massivement utilisé dans toutes les applications du quotidien, il a également participé à la création d’UNIX, dont le système d’exploitation d’Apple est également un dérivé.  C’est grâce à ce type de personne qu’un Steve Jobs a pu bâtir sa fortune.

Sur cette photo Ken Thompson concepteur du système UNIX et Dennis Ritchie (à droite)

Le système Flosse

L’autre jour j’ai lu un très bon article dans le monde qu’on peut trouver en ligne par ici. Il avait pour objet la mystérieuse disparition du journaliste Jean-Pascal Couraud surnommé JPK en Polynésie Française en 1997. Longtemps on a cru à un suicide voire un crime passionnel mais des faits récents peuvent laisser supposer qu’il ait été supprimé par des hommes du GIP (Groupement d’Intervention de la Polynésie) à la solde de Gaston Flosse alors président du gouvernement de Polynésie.

Sans vouloir porter un jugement sur cette affaire , elle met en exergue le système Flosse, toute la vie politique, économique et même judiciaire est basée sur un système d’influence et de copinage mis en place par Gaston Flosse avec la bienveillance et le silence coupable de l’état français (Jacques Chirac et le parrain d’un fils à Gaston Flosse, ceci explique peut être cela…).

Ca me rappelle mes années à Tahiti où de part mes fonctions professionelles j’avais de nombreux contacts avec les services du gouvernement local. J’avais affaire à des responsables bien placés dans l’administration locale qui étaient totalement incompétents mais qui avaient été placés par Flosse pour pouvoir tenir toute l’administration et la mettre à son service unique. A l’époque il faut savoir que les millions que la France reversait à la Polynésie chaque année, une certaine (grosse) partie repartait dans les poches de Flosse et de ses amis au travers de marchés bidons, les détournements étaient flagrants, je me souviens de cette route que Flosse faisait bitumer au fin fond des Tuamotu parce qu’elle desservait l’une de ses multiples propriétés.

Maintenant que les indépendantiste d’Oscar Temaru ont pris le pouvoir, je ne suis pas sûr que les choses aient beaucoup évolué, notamment pour le malheureux polynésien de base qui est loin de profiter de la manne providentielle versée annuellement au titre des réparations suite aux essais nucléaires.

Shark finning

Je suis tombé hier soir sur Arte sur un reportage sur Yves Lefèvre qui tient le club de plongée le plus renommé (en tout cas le plus ancien) de Rangiroa en Polynésie Française, à savoir le Raie Manta Club. Le reportage avait essentiellement pour thème la protection des requins, ceux-ci sont péchés de manière industrielle pour leurs ailerons et dans des conditions particulièrement atroces (mutilés vivant puis rejetés dans l’eau agonisant), on estime que la population des requins a baissé de 90% depuis les années 50 du fait de cette pratique (shark finning en anglais). Certaines espèces de requins (il y en a à peu près 400) seraient maintenant gravement en danger. Les ailerons sont particulièrement prisés par les asiatiques pour la soupe, la demande a littéralement explosé ces dernières années.
Jusqu’à présent la Polynésie était épargnée par le phénomène mais depuis 3, 4 ans la pêche de requins pour leurs ailerons s’est gravement amplifiée, j’en veux pour preuve la malheureuse expérience de René Fels. Ancien du Raie Manta Club, il avait décidé de voler de ses propres ailes et monter en 2003 son club sur l’atoll d’Ahe, je me souviens même lui avoir fourni des infos sur des relevés hydrographiques dans la passe d’Ahe, on venait de passer près de trois semaines dans l’atoll pour mettre à jour la carte marine alors que j’étais en poste en Polynésie pour le compte du SHOM. Il a été témoin des exactions des pêcheurs sur l’atoll d’Ahe, malgré ses nombreux appels aux secours, notamment aux autorités, il a du quitter l’île et fermer son club sous la pression et les menaces de mort des pêcheurs ! Les clubs de plongée de Polynésie menés par Yves Lefèvre ont décidé de sensibiliser les autorités pour que cette pratique soit interdite, menaçant de faire campagne sur le plan international pour que la Polynésie soit boycottée en tant que destination touristique si rien n’est fait.
Finalement les clubs ont eu gain de cause, car le 12 avril 2006 le conseil des ministres du gouvernement de Polynésie Française a décidé d’interdire la pratique du shark finning sur son territoire (l’article sur le site du ministère de l’environnement de Polynésie).

Le nom d’Yves Lefèvre m’évoque mes plongées à Rangiroa, voici une photo prise le 1 janvier 2003, Yves à côté de ma moitié Véronique, à 8h du mat avant une plongée en comité restreint (Yves, ma femme, et moi même) sur la passe de Tiputa après une nuit qui fut fort courte…

Yves Lefèvre et Véronique

Je signale aussi le magnifique livre d’Yves Sous le signe du poisson qu’on peut trouver sur Amazon.