Tous les articles par Olivier Hoarau

Faire un clone d’une carte SD d’un GPS carminat TomTom de Renault

Même si je suis très critique envers TomTom et que je préfère la fiabilité d’un navfree ou de waze, il se trouve que dans ma voiture j’ai un GPS intégré TomTom Carminat dont les données sont embarquées sur une carte SD. Comme il est en fonction en permanence tant qu’à faire autant qu’il soit à jour même si je ne lui fais pas aveuglement confiance. L’ennui est qu’en cas de détérioration de la carte, on est quitte pour racheter une nouvelle carte chez Renault. J’ai donc cherché à faire une copie de la dite carte. Or bien évidemment elle est un minimum sécurisée. Voici donc les quelques manipulations à réaliser, sous linux bien évidemment, pour en faire un clone fonctionnel.

Tout d’abord en insérant la carte TomTom d’origine sur un poste linux, journalctl -f me donne le nom du fichier spécial d’accès à la carte qui est /dev/sdc et /dev/sdc1 pour la partition

nov. 01 19:32:42 predator.kervao.fr kernel: usb 3-5: reset high-speed USB device number 9 using xhci_hcd
nov. 01 19:32:42 predator.kervao.fr kernel: ums-realtek 3-5:1.0: USB Mass Storage device detected
nov. 01 19:32:42 predator.kervao.fr kernel: scsi host6: usb-storage 3-5:1.0
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: scsi 6:0:0:0: Direct-Access     Generic- Multi-Card       1.00 PQ: 0 ANSI: 0 CCS
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] 7741440 512-byte logical blocks: (3.96 GB/3.69 GiB)
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] Write Protect is off
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] Mode Sense: 03 00 00 00
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] No Caching mode page found
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] Assuming drive cache: write through
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel:  sdc: sdc1
nov. 01 19:32:43 predator.kervao.fr kernel: sd 6:0:0:0: [sdc] Attached SCSI removable disk

voilà ce que donne un fdisk -l pour /dev/sdc

Disque /dev/sdc : 3,7 GiB, 3963617280 octets, 7741440 secteurs
Unités : secteur de 1 × 512 = 512 octets
Taille de secteur (logique / physique) : 512 octets / 512 octets
taille d'E/S (minimale / optimale) : 512 octets / 512 octets
Type d'étiquette de disque : dos
Identifiant de disque : 0x00000000

Périphérique Amorçage Début     Fin Secteurs Taille Id Type
/dev/sdc1              8192 7698431  7690240   3,7G  b W95 FAT32

on récupérera donc une carte de 4Go également qu’on formatera en FAT32 avec la commande (en supposant qu’on a la même fichier spécial).

 mkfs.vfat -F 32 /dev/sdc

Revenons à notre carte d’origine TomTom on fait une copie bas niveau en tapant la commande dd:

dd if=/dev/sdc of=sdtomtom.img bs=4M
945+0 enregistrements lus
945+0 enregistrements écrits
3963617280 bytes (4,0 GB, 3,7 GiB) copied, 229,485 s, 17,3 MB/s

attention la carte SD ne doit pas être montée pour que ça fonctionne. On insère maintenant la nouvelle carte qu’on aura préalablement formatée en FAT32. Attention à ne pas la monter également. Et on tape la commande dd :

dd if=sdtomtom.img of=/dev/sdc bs=4M
945+0 enregistrements lus
945+0 enregistrements écrits
3963617280 bytes (4,0 GB, 3,7 GiB) copied, 439,838 s, 9,0 MB/s

pour être sûr que tout fonctionne avant d’aller la tester dans la voiture, comme je n’ai pas trouvé encore le moyen d’administrer mon GPS TomTom sous linux, je vais sous windows pour lancer TomTom Home et vérifier qu’elle est bien reconnue. Personnellement j’utilise une machine virtuelle windows dans ma session linux qui me permet de lancer les rares programmes windows sans équivalent sous linux en utilisant VirtualBox.

Je constate que mon clone de carte est parfaitement reconnue et de surcroit à jour, je n’ai plus qu’à aller le tester dans la voiture, et là également c’est une réussite.

 

Passage à kdenlive 18.08.2

Je viens de passer à la version 18.08.2 de montage vidéo kdenlive, d’après le site de kdenlive, cette version a bénéficié  de la réécriture d’une grosse partie du code et peut donc souffrir de régression. J’ai néanmoins réussi à faire un montage complet sans trop soucis, comme on peut le voir avec la vidéo ci-dessous  d’une petite balade VTT dans les anciens marais salants et le bois des Aresquiers du côté de Frontignan en août dernier.

je déplore toutefois quelques désagréments, au premier lancement, boum, pas possible de le lancer et je tombe sur le message :

libGL error: No matching fbConfigs or visuals found
libGL error: failed to load driver: swrast
Could not initialize GLX

ah bin, me voilà bien avancé et visiblement cela ne touche (encore) que les possesseurs de GPU NVIDIA. En fait sur ma Mageia 6 c’est un conflit de bibliothèque libGL entre les packages lib64mesagl1 et  x11-driver-video-nvidia-current. Le dernier package fournit les bibliothèques les plus adaptées à un GPU NVIDIA, mais je ne peux pas supprimer lib64mesagl1 dont dépendent un tas d’autres packages, du coup j’ai modifié les liens des bibliothèques installées par lib64mesagl1 pour qu’elles pointent vers celles de x11-driver-video-nvidia-current et le tour est joué ! Je déplore également qu’il soit difficile de déplacer bêtement le curseur, cela dit quand j’active l’option movit pour utiliser les ressources de la GPU, cela s’améliore nettement et surtout c’est maintenant a priori beaucoup plus stable qu’avant, il faudra que je vois à l’usage mais on retrouve la fluidité des versions antérieures de kdenlive.

Du coup j’en ai profité pour mettre à jour mon site funix avec les modifications suivantes :

– page outils de base pour la vidéo, passage à libvorbis 1.3.6, faac 1_29_9_2, fdk_aac 0.1.6, x264-snapshot-20181006-2245, x265 2.9, movit 1.6.2 et ffmpeg 4.0.2
– page conteneur vidéo, passage à libebml 1.3.6, libmatroska 1.4.9 et mkvtoolnix 27.0.0
– page montage vidéo, passage à mlt 6.10.0 et kdenlive 18.08.1, LiVES 2.10.0, cinelerra GG 5.1.20180930, OpenShot Video 2.4.3, Synfig Studio 1.2.2 et Blender 2.79b
– page lecteurs vidéo, passage à libdvdcss 1.4.2, live 2018.09.18 et VLC 3.0.4
– page transcodage, passage à avidemux 2.7.1 et HandBrake 1.1.2
– page outils audio divers, passage à audacious 3.10 et MusicBrainz Picard 2.0.4

Chantage par « sextorsion »

Comme tout le monde je reçois un tas de spams et de tentatives de chantages en tout genre qui partent généralement directement dans la poubelle grâce à mon arsenal de lutte anti-spam et anti-virus en tout genre. Sauf que j’ai reçu récemment ce mail qui a attiré mon attention :

Hello!
I'm a member of an international hacker group.

As you could probably have guessed, your account olivier.hoarau@funix.org was hacked, because I sent message you from your account.

Now I have access to all your accounts!
For example, your password for olivier.hoarau@funix.org: mot-passe 

Within a period from July 31, 2018 to October 3, 2018, you were infected by the virus we've created, through an adult website you've visited.
So far, we have access to your messages, social media accounts, and messengers.
Moreover, we've gotten full damps of these data.

We are aware of your little and big secrets...yeah, you do have them. We saw and recorded your doings on porn websites. Your tastes are so weird, you know..

But the key thing is that sometimes we recorded you with your webcam, syncing the recordings with what you watched!
I think you are not interested show this video to your friends, relatives, and your intimate one...

Transfer $800 to our Bitcoin wallet: 1PwENLsmQ2Z6b4EJfXDeeXKBj9v878uHRf
If you don't know about Bitcoin please input in Google "buy BTC". It's really easy.

I guarantee that after that, we'll erase all your "data" 

A timer will start once you read this message. You have 48 hours to pay the above-mentioned amount.

Your data will be erased once the money are transferred.
If they are not, all your messages and videos recorded will be automatically sent to all your contacts found on your devices at the moment of infection.

You should always think about your security.
We hope this case will teach you to keep secrets.
Take care of yourself.

sauf que je vois qu’il y a un de mes mots de passe, n’y une ni deux, je modifie tout un stock de mots de passe que je n’avais pas changé depuis des années (je sais, c’est mal). Heureusement que mon coffre fort à mots de passe me facilite la tâche.

Il m’a fallu comprendre comment il avait récupéré cet ancien mot de passe. En fait le gars à l’origine du mail ne sait pas amuser à pirater mes comptes et encore moins mon PC (d’autant que sous linux je suis plutôt serein) mais il a récupéré mon compte sur une base de données piratée d’identifiants qu’on peut trouver sur le darknet. Le risque existe néanmoins qu’il tente avec ces identifiants de se connecter pour y faire je ne sais quoi qui pourrait me mettre dans l’embarras, d’autant plus si on utilise les mêmes identifiants pour plusieurs sites. j’ai découvert alors l’existence du site Have I Been pwnd, en indiquant mon mail je vois qu’il se trouve dans deux bases de données qui ont été piratées par le passé, celle de dailymotion qui s’est fait pirater en octobre 2016 avec ses 85 millions d’identifiants et de NemoWeb piratée en septembre 2016 avec 21Go de données piratées contenant des informations d’accès aux newsgroups.

Je vous invite donc à vérifier si vos identifiants n’ont pas été compromis via ce site et à faire le nécessaire vite fait. Et si vous vous demandez ce que signifie pwnd, cela vient du jargon des hackers, pwn équivaut à compromette ou prendre le contrôle d’un ordinateur.

Sortie voilier à Ouessant

Une sortie récente en voilier sur Ouessant a été l’occasion d’immortaliser en photo quelques phares célèbres de la mer d’Iroise dont le phare du Créac’h sur l’île d’Ouessant

Le phare de la Jument au sud de la baie de Lampaul qui est connu pour la photo de Jean Guichard avec le gardien qui sort au moment où une énorme vague se fracasse sur le phare

La phare des pierres noires qui marque le passage au sortir du goulet de Brest pour remonter vers Ouessant

Le phare de la pointe Saint Mathieu avec la balise des vieux moines au premier plan

Le phare du petit minou dans le goulet de Brest avec en arrière plan le fort de Berthaume

Le reste des photos sont par ici.

Freebox revolution la bonne blague !

j’ai eu il y a maintenant dix ans une assez mauvaise expérience avec Free relatée dans ce post, en substance j’en avais conclu que pour les quelques pourcentages de clients à problème Free choisit de ne rien faire pour eux en attendant qu’ils partent voir ailleurs si l’herbe est plus verte.

Il se trouve que j’ai eu l’occasion récemment pendant une location estivale de faire la connaissance avec la freebox revolution. Déjà rien que le nom tout un programme ! Je savais déjà la box de SFR pas terrible, mais là avec la freebox revolution on touche le fond et là ça me laisse plutôt pantois. Il y a 10 ans Free techniquement était plutôt clairement en avance par rapport aux autres providers, mais là on a affaire à un produit bâclé, bogué, en somme raté et à la limite inutilisable, heureusement que j’avais l’alternative motolov.tv qui marche du reste très bien sous linux. Quelques florilèges de bogues :

  • vous devez subir pendant une bonne demi-heure de bandes annonces de google play avant de pouvoir regarder la TV, heureusement qu’il existe une combine qu’on peut trouver dans les forums de freenautes et surtout pas sur le site officiel pour désactiver cette fonction.
  • vous regardez tranquillement la TV et l’économiseur d’écran se met en route, seul moyen de le désactiver le ON/OFF
  • vous regardez tranquillement la TV et la box reboot subitement
  • vous regardez tranquillement la TV et la box revient à la page d’accueil
  • vous regardez tranquillement la TV et vous pouvez plus zapper, seul moyen de revenir à une situation stable le ON/OFF
  • vous regardez tranquillement la TV et subitement un message s’affiche comme quoi la chaîne n’est plus disponible, un ON/OFF rétablit la situation

Au vu du florilège de commentaires sur les forums spécialisés on comprend que c’est un comportement plutôt courant ! Le proprio a bien tenté de contacter la hotline, et là encore les choses n’ont pas du tout évolué en 10 ans, vous restez des heures au téléphone, on vous balade de conseiller en conseiller, ceux-ci ont du mal à vous comprendre et à s’exprimer mais en revanche ont un prénom bien français et quand arrive le moment où on aborde le changement de la box, la liaison est opportunément coupée. Je pensais être avec le pire des providers avec SFR mais je comprends qu’il y a pire encore, parce que au moins avec SFR même si la hotline est minable, les fonctionnalités de la box sont pas terribles, elle fonctionne tout de même sans bogue manifeste !

Musique assistée par ordinateur mise à jour

J’ai fait une petite mise à jour de ma page sur l’installation des outils de musique assistée par ordinateur (MAO). En fait il y a pas mal de modifications, des changements de version pour des bibliothèques audio ou de calcul diverses (suil 0.10.0, serd 0.30.0, sord 0.16.2, sratom 0.6.2, lilv 0.24.4, rubber ban 1.8.2), des utilitaires audio divers (chromaprint 1.4.3, jack 1.9.12, qjackctl 0.5.3, fluidsynth 1.1.11, qsynth 0.5.2, audacity 2.2.2) puis des applications de MAO plus évoluées comme mixxxx 2.1.1, MusE 3.0.2, Ardour 5.12 et Rosegarden 18.06.

En revanche je déplore d’avoir perdu la possibilité de pouvoir m’appuyer sur jack avec audacity ce qui me permettait de faire des connexions un peu exotiques avec les entrées et les sorties audio. En fait maintenant audacity accepte uniquement jack s’il est configuré avec portaudio et non avec alsa. Or quand j’essaye de compiler la nouvelle version de jack il me dit que « portaudio requires windows.h ». Mais c’est quoi cette histoire, je suis sous linux pas sous windows ! Au final par de portaudio dans jack et donc pas de jack sous audacity.

Week end à Paris

Je sors de mon silence pour évoquer un week-end récent sur Paris, l’occasion de partager quelques photos choisies. Ça a commencé par une visite du domaine du Trianon dans le parc du château de Versailles où on peut retrouver le petit et le grand Trianon ainsi que le hameau que la reine Marie Antoinette avait fait construire pour oublier sa condition de reine. Première surprise quand on débarque dans le hameau, on a l’impression de débouler dans un décor de carton pâte style parc d’animation.

Ragondin au hameau de la Reine

on s’attend à voir surgir les trois petits cochons ou même les sept nains des maisons ! Difficile de croire que l’ensemble a plus de deux siècles.

Continuer la lecture de Week end à Paris

Meeting aérien de la Ferté Alais 2018

Je remercie les grévistes de la SNCF de m’avoir contraint à rester sur Paris ce week end car cela m’a donné l’opportunité de me rendre au meeting aérien de la Ferté Alais 2018 organisé par l’amicale Jean Baptiste Salis. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas assisté à un tel show, d’autant que les conditions étaient idéales avec un ciel bleu immaculé. On a pu voir des choses fantastiques comme un Rafale voler avec un authentique Spad XIII de la 1er guerre mondiale, un siècle les sépare ! Ou bien un F/A 18 Hornet suisse avec un Morane Saulnier MS 406 tout aussi suisse (pour être tout à fait exact c’est une version sous licence EFW D-3801). Le MS406 étant la cheville ouvrière de l’armée de l’air à l’entrée en guerre de la France en 1939.

Le meeting a fait la part belle aux avions de 14-18, centenaire oblige, outre le Spad XIII déjà cité, on a pu admirer en vol pas moins de 4  Fokker DR.1 Triplan (des reproductions).

Le meeting de la Ferté Alais est surtout célèbre car il attire tous les warbirds que compte l’Europe comme le Curtiss H75 du collectionneur britannique Stephen Grey.

Ainsi que des appareils à moteur à piston post seconde guerre mondiale comme le Skyraider.

il y avait quand même quelques chalumeaux avec l’Aéronavale qui est venu en force avec ses Rafale Marine pour ne pas laisser seul  le Rafale solo display faire le show.

hormis les appareils de guerre les appareils de servitude et civils étaient de la partie comme ce Beech 18 bien rutilant et chromé lors d’un passage bas.

ou ce superbe morane saulnier MS760 Paris.

Il y avait également quelques passages à sensation comme Danielle Del Buono qui fait du wing walking sur un Boeing PT-13D Kaydet.

Le reste des photos est par , pour avoir les photos en haute définition il suffit de cliquer dessus puis avec le menu contextuel (clic droit sur la souris) puis Afficher l’image.

Continuer la lecture de Meeting aérien de la Ferté Alais 2018

Libérer son portable (acte 4) passer à LineageOS

Après l’acte 3 créer son propre cloud, l’acte 2 utiliser un catalogue d’applications alternatif et l’acte 1 passer root voici l’étape ultime qui consiste à se libérer totalement de l’univers Google et passer sur un OS totalement open source, également basé sur android, à savoir lineageOS. Le mobile cobaye sera le Motorola Moto E4 plus (modèle XT1771 double carte SIM).

Rien n’est fait pour faciliter les choses et on risque à chaque étape de bloquer définitivement le portable, sans compter qu’on perd la garantie de fait…

Première étape, débloquer le bootloader, le chargeur de boot est un bout de code qui permet de lancer le portable, une sortie de BIOS en quelque sorte. Ce code initialise le matériel et charge le noyau, la mémoire et les autres process, le tout est contenu dans une mémoire permanente qu’on appelle ROM (read only memory). Tout portable est doté d’une ROM officielle (ou stock ROM). Le but de l’opération est donc de remplacer la ROM officielle par une ROM personnalisée (custom ROM) contenant LineageOS. Revenons au bootloader, il est habituellement verrouillé, or il est nécessaire de devoir le déverrouiller pour pouvoir installer une custom ROM, dans le jargon on parle de flasher une nouvelle ROM. On installera tout d’abord des outils de développement Android permettant d’envoyer des commandes au mobile via un PC qu’on trouvera par ici. J’ai évidemment choisi la version pour linux qui propose un ensemble d’outils dans un répertoire platform-tools.

Continuer la lecture de Libérer son portable (acte 4) passer à LineageOS

Bestiaire parisien

Lors d’un séjour touristique récent sur Paris, j’ai profité du peu de touristes pour monter dans les tours de Notre Dame, on peut regretter qu’il y ait un grillage qui empêche toutes prises de vue avec les gargouilles 🙁 malgré cela voilà ce que j’ai pu prendre avec un alignement tour Saint Jacques et le Sacré Cœur dans le fond.

on peut distinguer très flouté le grillage, mais le rendu est plutôt correcte compte tenu des conditions. A ma grande surprise, j’ai vu également en vol ce qui ressemblait clairement à un rapace, ayant interrogé le gardien des lieux qui passent ses journées au sommet, ça lui a paru aussi improbable que de voir Quasimodo !

Plus loin sur la terrasse des Galeries Lafayette, cette fois-ci j’arrive à prendre en photo le même oiseau ou du moins du même genre.

Bon là plus d’ambiguïté, c’est bien un rapace, et après quelques recherches sur internet, j’apprends que c’est un faucon crécerelle et que la cathédrale Notre-Dame abrite une petite colonie d’individus. C’est curieux c’est bien le dernier endroit où je pensais croiser des rapaces. Mais à près tout on n’est pas à ça près, pour preuve les goélands, mouettes et les cormorans (entre autres) qui ont élu domicile au bord de la Seine en pleine ville et qui s’en portent plutôt pas mal quand on voit leur population.